Publicité

lejecos



Publicité

Sénégal : Le président Macky Sall invité à ‘’prêter une attention particulière’’ à la délivrance des licences de pêche

Mardi 21 Avril 2020

Plusieurs organisations professionnelles de la pêche artisanale ont invité le président Macky Sall a ‘’prêter une attention particulière’’ sur la délivrance des licences de pêche et sur la ‘’sénégalisation’’ de navires étrangers.


Sénégal : Le président Macky Sall invité à ‘’prêter une attention particulière’’ à la délivrance des licences de pêche
‘’Nous invitons monsieur le président de la République à prêter une attention particulière à cette affaire de délivrance de licences de pêche et de sénégalisation de navires étrangers’’, ont-elles écrit dans un communiqué transmis à la rédaction du journal de l’économie sénégalaise (Lejecos).
 
Les organisations professionnelles de pêche artisanale sont membres du Conseil national interprofessionnel de la pêche artisanale (CONIPAS), l’Union nationale des pêcheurs artisanaux du Sénégal (UNAPAS), du Réseau national des Conseils locaux de pêche artisanale (CLPA), du Réseau national des quais de pêche, du Réseau des femmes de la pêche artisanale (REFEPAS), de l’Union nationale des mareyeurs du Sénégal (UNAMS) et du Syndicat national des pêcheurs du Sénégal (SYNAPS).
 
 Les membres desdites organisations disent avoir appris, ‘’avec indignation et  inquiétude’’, à travers la presse et les réseaux sociaux, les échanges de courriers entre le ministère des Pêches et de l’Economie maritime et le Groupement des armateurs, industriels exportateurs du Sénégal (GAIPES), en lien avec des promesses de licences de pêche industrielle et/ou de ‘’sénégalisation’’ de 56 navires majoritairement chinois pour 12 dossiers soumis à la Commission Consultative d’Attribution des Licences de Pêche (CCALP).
 
‘’En effet, le directeur des pêches maritimes (DPM), par lettre N°0475 du 08 avril 2020, s’adresse aux membres de la Commission consultative d’attribution de licences de pêche dont il est le président, pour leur demander de donner leurs avis dans une session à distance pour donner des avis motivés sur les différentes demandes soumises à la commission’’, renseignent les auteurs dudit communiqué.
 
Selon eux, cette demande de consultance à distance a donné lieu à une lettre ouverte du GAIPES à l’attention du ministre des Pêches et de l’Economie maritime, suivie, dans un premier temps, de la réponse du DPM par mail et ensuite d’un communiqué de presse du ministère des Pêches et de l’Economie maritime.
 
‘’Considérant tout cela, nous professionnels de la pêche artisanale du Sénégal, sommes bien fondés pour croire, avec désarroi et amertume, que, pendant que le Sénégal prend des mesures pour lutter contre la pandémie du COVID-19 et appelle à la solidarité nationale, des bateaux chinois sont en route pour venir piller le peu qui nous reste de nos ressources halieutiques et nous plonger davantage dans la pauvreté’’, clament-ils.
 
‘’Ceci est corroboré par une information relayée par le Secrétariat permanent de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP), le 7 avril 2020, dans sa page Facebook, publiée par le site INTELLIVORE.NET, faisant état de la venue de 6 nouveaux navires chinois à destination du Sénégal et de la Guinée-Bissau pour du thon et des crevettes’’, insistent les organisations professionnelles de la pêche artisanale du Sénégal.
 
Ces dernières voudraient aussi attirer l’attention des autorités du ministère des Pêches et de l’Economie maritime, du gouvernement du Sénégal et de toute l’opinion publique nationale et internationale sur les impacts négatifs que la venue de ces navires va entrainer dans le secteur de la pêche artisanale notamment.
 
Ces organisations rappellent que l’État du Sénégal a gelé la délivrance des licences de pêche démersale côtière depuis 2006 par Arrêté n°5166 du 08 Août 2006.
 
A cela s’ajoute le gel de l’immatriculation des nouvelles pirogues artisanales par arrêté n°6397 du 29 Août 2012. Toutes ces mesures visent la réduction de l’effort de pêche qui a été jugé trop important Sur le même registre, la recherche à travers le CRODT a confirmé l’état de surexploitation des principales ressources exploitées au Sénégal.
 
‘’Cependant, depuis 2019, nous constatons des actes incohérents de la part des autorités des pêches qui violent les lois et les règlements en vigueur au Sénégal notamment la loi 2015/018 portant code de la pêche maritime et son décret d’application n°2016-1804 comme, par exemple, l’octroi de licences de pêche à des navires chinois’’, se sont-elles désolées.
 
Ces acteurs de la pêche soulignent que les effets cumulés de la surexploitation des ressources, du nombre élevé de bateaux et de l’exploration du pétrole et du gaz ont contribué à confiner davantage les pêcheurs artisanaux dans des zones de pêche peu productives et expliquent pourquoi les pêcheurs sont obligés d’aller chercher des licences dans les pays limitrophes afin de pouvoir continuer à pêcher et à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles, ‘’et cela, curieusement, au moment où la moitié de l’humanité est confinée pour cause de Coronavirus’’, se sont-ils indignés, ajoutant que ‘’cette situation est inconcevable et ne sera pas tolérée par le secteur de la pêche artisanale’’.
 
En outre, pendant que la pêche artisanale n’est plus autorisée à augmenter sa capacité de pêche à cause du gel de l’immatriculation, ces professionnels de la pêche artisanale disent constater que le nombre de bateaux de pêche industrielle autorisés à pêcher dans les eaux sous juridiction sénégalaise augmente sans cesse, passant de 80 bateaux environ en 2012 à 164 en 2019.
 
‘’Qu’est-ce-que les pirogues de pêche artisanale ont de plus nocifs que les bateaux de pêche industrielle ?’’, s’interrogent-ils avant de poursuivre : ‘’Nous disons non à la venue de navires de pêche étrangers au Sénégal qu’importe la nationalité. Nous sommes prêts à mener toutes les actions nécessaires dans le respect des lois et des règlements, pour que de nouveaux bateaux ne pêchent dans les eaux Sénégalaises’’, préviennent-ils.
 
Ces professionnels se sont aussi dits ‘’défavorables’’ à la délivrance de licences de pêche qui ciblent des stocks de ressources halieutiques pleinement exploitées ou surexploitées.
 
‘’Nous sommes aussi opposés à toutes formes de tenter la +sénégalisation+ de navires chinois ou d’un autre pays par l’utilisation de quelques dispositifs que ce soit. La surexploitation des ressources halieutiques sénégalaises devrait pousser l’État à réduire la capacité de pêche et l’ajuster au potentiel exploitable dans une perspective de meilleure gestion’’, préconisent les acteurs de la pêche artisanale. 
 
 Serigne Makhtar Fall
 
La rédaction
Tourisme & Pêche



1.Posté par maitre gosso le 22/04/2020 00:29
Maitre GOSSO (Téléphone/whatsapp : ( 00229 60005391 )
Vous êtes tous nés pour briller, évoluer et non pour passer toute votre vie en difficulté, vous avez besoin du bonheur et du
changement dans votre vie, mais il y a toujours de blocage sur tous les plans comme : en amour, au travail, en société, et beaucoup
d’autres que j’ignore.
Le grand marabout Maitre GOSSO est là pour vous aider dans tous les domaines :
Retour d'affection - Empêcher le divorce - Chance pour réussir - Devenir riche - Guérison de toutes maladies - Attirance de la
clientèle - Désenvoutement - Protection, etc.

CONTACT MAITRE Dahvodoun Gosso

Tél Bénin :(+229) 60-00-53-91 (Joignable aussi sur Whatsapp)

E-mail personnel: maitre.gosso@hotmail.com

Site web https://www.mediumvoyantmagic.com/

Assurance | Environnement | Energie | BRVM | Santé | NTIC | Transport | Tourisme & Pêche | Agriculture & Elevage | Commerce | Education



Publicité














Inscription à la newsletter