Transparence budgétaire : Le Sénégal a fait des bonds importants selon Amadou Ba

Jeudi 31 Janvier 2019

En matière de transparence budgétaire, notre pays se positionne à la première place en Afrique subsaharienne sur la période 2007-2018, avec un score de 51 points sur 100, supérieur de 10 points à la moyenne mondiale. La révélation est d’Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan lors de l’Atelier régional sur la transparence budgétaire en Afrique francophone.


Dakar  abrite du 31 au 1er février, un Atelier régional sur la transparence budgétaire en Afrique francophone. Lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a vanté les résultats obtenus par notre pays dans ce domaine. Selon M. Ba, le bien-fondé ainsi que la pertinence du  thème de discussion sur « la transparence budgétaire » ne sont plus à démontrer et c’est la raison pour laquelle le gouvernement du Sénégal en a fait un point d’attention.

 «Considérant le classement de l’indice sur le budget ouvert (Obi), le Sénégal a fait des bonds importants sur la période 2008-2017. Il se positionne dans ce domaine à la première place en Afrique subsaharienne, avec un score de 51 points sur 100, supérieur de 10 points à la moyenne mondiale », a révélé le ministre des Finances. En effet, pour atteindre une telle performance, explique-t-il, le Sénégal, par la dissémination de la culture de la publication, n’a ménagé aucun effort pour mettre à la disposition du public comme l’atteste l’indice Obi, une documentation budgétaire économique et financière fournie accessible via le portail du Ministère chargé des Finances et les sites métiers de la Direction générale du Budget, de la Direction des prévisions et des études économiques (Dpee) et des régies financières (impôts, douanes et trésor).

Amadou Ba a indiqué que les ressources publiques et la gestion des affaires publiques tels que rappelés par le Code de transparence, sont au cœur de l’Etat de droit et de la démocratie et les principes et règles fixés, aussi limpides et tangibles soient-ils, ne peuvent durablement être observés sans que les fondements de
l’éthique et de la déontologie ne soient présents en tout être humain, a fortiori sur le décideur et le gestionnaire qu’il relève du domaine public ou privé. 

 «Comme vous le savez, le défi de la transparence budgétaire résulte d’une manière générale, d’une demande sociale pressante et permanente du citoyen - usager du service public ; et cette demande sociale est dans le contexte actuel, la chose la mieux partagée dans ce monde. Ce défi, tel qu’il ressort de l’évaluation de la transparence des finances publiques conduite par le Fmi en avril 2018, le Sénégal l’a relevé depuis plusieurs années », a ajouté M. Ba.

Il a rappelé que la mise en œuvre des innovations introduites par les directives de l’Uemoa transposées dans notre architecture juridique ont également permis d’aboutir à l’organisation de débats d’orientation budgétaire à l’Assemblée nationale ; la présentation du budget national en un document unique, accompagné des annexes pertinentes ; la production régulière des états d’exécution et de suivi budgétaire ; l’instauration d’une nouvelle nomenclature budgétaire bâtie sur les standards internationaux; le renforcement du rôle du Parlement en tant qu’autorité budgétaire.
Adou FAYE
 
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour
















Inscription à la newsletter