lejecos




Perspectives économiques de l’Ocde : La croissance économique mondiale devrait atteindre 5.6% cette année

Mercredi 1 Décembre 2021

D’après les dernières Perspectives économiques de l’Ocde, la reprise mondiale se poursuit, mais elle s’est essoufflée et des déséquilibres ont émergé. L’incapacité de déployer rapidement et efficacement des campagnes vaccinales partout dans le monde coûte cher et l’incertitude demeure forte en raison de l’apparition successive de nouveaux variants.


Selon le rapport, dans la plupart des pays de l’Ocde, la production a désormais dépassé son niveau de la fin 2019 et converge progressivement vers la trajectoire anticipée avant la pandémie. Toutefois, les économies à plus faible revenu, notamment celles où les taux de vaccination contre le Covid-19 sont faibles, risquent d’accuser un retard.

Les Perspectives économiques tablent sur un rebond de la croissance économique mondiale qui devrait atteindre 5.6 % cette année et 4.5 % en 2022, avant de revenir à 3.2 % en 2023, soit des taux proches de ceux observés avant la pandémie.

Le redressement vigoureux de l’activité constaté plus tôt dans l’année marque le pas dans de nombreuses économies avancées.
L’envolée de la demande de biens depuis la réouverture des économies et l’incapacité de l’offre à suivre le rythme ont engendré un engorgement des chaînes de production. Les pénuries de main-d’œuvre, les fermetures liées à la pandémie, la flambée des prix de l’énergie et des matières premières et la rareté de certains matériaux essentiels sont autant de facteurs qui freinent la croissance et accentuent les tensions sur les coûts. L’inflation a nettement augmenté dans plusieurs régions dès le début de cette phase de reprise.


Parallèlement aux tensions sur les coûts induites par les perturbations de l’offre et le renchérissement de denrées alimentaires, les déséquilibres du marché de l’énergie sont un facteur important de montée de l’inflation dans toutes les économies. Les prix du gaz ont fortement augmenté – notamment en Europe – et les risques sont élevés, les niveaux de stockage étant d’environ 28 % inférieurs à ce qu’ils devraient être normalement à cette période de l’année. Les ménages à faible revenu sont inévitablement les plus durement touchés par la hausse des coûts de l’alimentation et de l’énergie.

Le Secrétaire général de l’Ocde, M. Mathias Cormann, qui a présenté les Perspectives économiques_ aux côtés de la Cheffe
économiste de l’Ocde, Mme Laurence Boone, a déclaré que le fort rebond que nous avons observé marque le pas et les perturbations de l’offre, la hausse de l’inflation et l’impact continu de la pandémie assombrissent l’horizon.

De son côté, Mme Laurence Boone a souligné que les gouvernements ont agi rapidement et efficacement au plus fort de la crise pour soutenir les citoyens et les entreprises. Mais le travail n’est pas terminé.
La coordination insuffisante du déploiement des vaccins nous met tous en péril. 
Adou Faye
Economie

Partenaires au développement | Bailleurs de fonds | Conseil des ministres | Economie




Publicité















Inscription à la newsletter