Publicité

lejecos




Mali : Un taux de croissance de 4% prévu en 2021 selon le ministre de l’Economie

Mardi 29 Mars 2022

Les perspectives économiques du Mali sont bonnes malgré les sanctions imposées par la Cedeao et l’Uemoa. C’est ce que soutient le ministre de l’Economie et des Finances dans un entretien paru le 29 mars 2022 dans le quotidien national « L’Essor ».


«À la suite de la reprise en 2021, les perspectives de croissance de l’économie malienne, quoique affectées par les séries de crises (institutionnelle, sécuritaire, sanitaire et mondiale) et l’embargo, restent bonnes. En effet, il est prévu un taux de croissance moyen d’environ 4% contre 5% initialement prévu », informe Alousséni Sanou.

Selon lui, cette estimation de l’évolution de l’activité économique est bâtie sur des hypothèses suivantes : l’application prolongée des sanctions de la Cedeao (fermeture des frontières avec les pays de la Cedeao et suspension des transactions financières internationales) ; un apaisement du climat sociopolitique (intérieur) ; le renforcement de la sécurisation des personnes et de leurs biens et le retour de l’État (services sociaux de base) sur toute l’étendue du territoire ; les fluctuations des cours mondiaux des principales matières premières, en particulier le pétrole, le blé, l’or et le coton et le renchérissement du coût du commerce mondial ; une bonne et une meilleure répartition de la pluviométrie sur le territoire national ; la poursuite de la politique de soutien au secteur rural notamment à travers la subvention des intrants et la mécanisation de l’agriculture ; la poursuite des réformes du secteur de l’énergie afin d’améliorer l’offre d’énergie ; la valorisation des principales productions brutes de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche à travers la relance et l’appui aux industries de transformation, etc. 
Adou FAYE
Economie

Partenaires au développement | Bailleurs de fonds | Conseil des ministres | Economie




Publicité















Inscription à la newsletter