MACKY SALL AU LANCEMENT DU RAPPORT PAYS DU MAEP : « Le Sénégal vise le top 100 du prochain Doing Business »

Dimanche 2 Février 2020

Malgré un bond important dans le dernier classement Doing Business, le Sénégal veut mieux faire. L’objectif assigné par le Chef de l’État, c’est d’intégrer le top 100 dès le prochain classement. Un objectif qu’il espère atteindre grâce à des réformes qui entreront en vigueur avant le mois de mai 2020.


Le Sénégal ambitionne d’intégrer le top 100 des réformateurs du Doing Business. C’est l’annonce faite par le Président de la République. Macky Sall recevait le rapport pays du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep) . Un diagnostic sans complaisance effectué par 18 experts venus de 14 pays africains a permis d’évaluer le Sénégal sur plusieurs aspects allant de l’économie à la gouvernance en passant par la justice.

Prenant acte des différentes remarques et recommandations, Macky Sall a promis de les prendre en compte pour un développement encore plus inclusif. Car, dit-il, c’est le Sénégal lui-même qui a décidé «volontairement de se faire évaluer». Cependant, même si des recommandations ont été formulées, cela ne devrait pas cacher les nombreux efforts consentis par l’État du Sénégal. C’est ce que semble dire Chef de l’État.

«L’environnement des affaires s’est amélioré avec la consolidation de la position du Sénégal au niveau mondial. Dans le classement Doing Business, nous sommes passés de la 163ème position à la 123ème en 2020. Plusieurs fois, nous avons été dans le top 5 des réformateurs en Afrique. L’objectif que j’ai fixé au Gouvernement, c’est d’être dans le Top 100 mondial», a-t-il affirmé. Selon lui, il y a des efforts à faire pour y arriver. «Nous allons encore lancer quelque réformes majeures dans l’environnement des affaires pour améliorer la compétitivité. Elles seront achevées avant le mois de mai et nous permettront d’entrer enfin dans le top 100», espère-t-il.

Par ailleurs, soutient-il, au chapitre des finances publiques, le Gouvernement a engagé d’importantes actions. Ce qui a abouti, selon Macky Sall, à une croissance de 26 % des recettes fiscales entre avril et décembre 2019. Pour ce qui est de l’agriculture, indique le Président de la République, le Sénégal l’a placée au cœur de ses politiques. «La mise en œuvre efficace des réformes visant à faciliter l’accès des producteurs aux intrants ainsi que la mécanisation et les efforts d’investissement de l’État auront permis d’atteindre des productions très satisfaisantes depuis quelques années.

Le Sénégal est autosuffisant en tomate et en pomme de terre, mais le défi, c’est la conservation. Nous produisons beaucoup pendant la récolte, mais il y a des pertes énormes. Donc, nous sommes en train de bâtir un réseau de stockage pour y remédier», assure-t-il. Pour ce qui est de l’arachide, M. Sall révèle que le Sénégal a atteint 1,4 million, tandis que pour le riz, même si l’autosuffisance n’est pas encore atteinte, la production dépasse le 1,150 million de tonnes.
http://lesoleil.sn/
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour



Publicité















Inscription à la newsletter