Publicité

lejecos




Les échanges commerciaux intra-africains sont essentiels pour stimuler les économies du continent selon DHL

Mercredi 1 Octobre 2014

Bien que les accords commerciaux internationaux, tels que la loi américaine sur la croissance et les potentialités de l'Afrique (AGOA) et l'Accord de partenariat économique(APE) récemment annoncé entre l'Union européenne et l'Afrique du Sud, soient positifs pour le continent et méritent d'être encouragés, l'accent doit néanmoins être mis sur la conclusion de partenariats commerciaux entre les pays africains eux-mêmes et propres à garantir la fluidité des échanges intra-africains apprend un communiqué reçu à notre rédaction .


Telle est la teneur des propos de Charles Brewer, directeur général de DHL Express Afrique Subsaharienne, pour lequel, même si de lents progrès sont constatés, les accords commerciaux existants sont toujours insuffisants pour encourager les échanges intra-africains. Il en résulte une tendance à commercer en tout premier lieu avec des régions extra-africaines, telles que les États-Unis ou la Chine.
 Pour M. Brewer, il est indispensable que les pays africains développent des échanges commerciaux entre eux et que l'impulsion donnée en vue de la signature d'accords commerciaux ne se limite pas uniquement à des partenaires commerciaux internationaux, mais qu'elle favorise également la conclusion d'accords entre pays africains.
« L'Indice de connectivité mondiale (ICM) de DHL a mis en évidence que l'Afrique est le continent le moins connecté en termes de facilité de déplacement de personnes, de commerces, d'informations et de finance. Tous les pays africains devraient donc consacrer une partie de leurs efforts au développement de la connectivité sur le continent et à la mise en place de relations commerciales. En ce qui concerne DHL, nous nous efforçons de rendre la logistique plus accessible, ce qui a conduit à une véritable expansion de nos activités de détail portant, en moins de trois ans, à plus de 3 300 le nombre de nos points de vente », ajoute M. Brewer
M. Brewer ajoute par ailleurs que même s'il convient de poursuivre les efforts consacrés au développement et au financement des infrastructures, les pays africains doivent maintenant passer à la vitesse supérieure pour élaborer et mettre en œuvre des accords commerciaux susceptibles de favoriser les échanges entre les régions.
Ndeye Maguette Kébé
 
 
 
 
La rédaction
Service & distribution


Nouveau commentaire :

Finances & Banques | Industrie | Service & distribution | Appels d'offres | Offres d'emploi | Portrait d’entrepreneur



Publicité














Inscription à la newsletter