Evaluation des politiques publiques en Afrique : La Banque mondiale note une faible amélioration

Jeudi 1 Août 2019


La Banque mondiale a publié son évaluation annuelle des politiques et institutions nationales (Cpia) des pays les plus pauvres d’Afrique. Elle révèle une faible amélioration.


«En 2018, la qualité des politiques publiques et des cadres institutionnels des pays les plus pauvres d’Afrique s’est peu, voire pas du tout, améliorée en moyenne : c’est une des conclusions de l’Évaluation annuelle des politiques et institutions nationales (Country Policy and institutional assessment ou Cpia) publiée hier par la Banque mondiale », renseigne l’institution de Breton Woods.
Selon le document, la note Cpia moyenne attribuée aux 38 pays africains remplissant les conditions nécessaires pour bénéficier de l’aide de l’Association internationale de développement (IDA) est restée inchangée en 2018 à 3,1 sur une échelle allant de 0 à 6.

«La politique sociale s’est certes améliorée dans certains domaines, mais la gestion macroéconomique s’est détériorée. Le contexte actuel en matière de primauté du droit, de redevabilité et transparence ainsi qu’en ce qui concerne la qualité des administrations publiques est toujours un obstacle à une utilisation efficiente des ressources publiques dans la région », ajoute la même source.

Le rapport Cpia de cette année sur l’Afrique examine plus attentivement la question de la gestion de la dette. En 2018, en effet, le montant de la dette publique par rapport au PIB a atteint environ 54,9 % du PIB, soit une hausse de 18,5 points de pourcentage depuis 2013. Dans le même temps, la proportion d’obligations libellées en devises dans l’ensemble de la dette extérieure s’est accrue de 10 %, tandis que la proportion de l’endettement envers des créanciers commerciaux et extérieurs au Club de Paris a augmenté de cinq points depuis 2010 et les émissions d’obligations souveraines ont fortement progressé.

« Certains pays africains risquent d’hypothéquer l’avenir de leur population en privilégiant la consommation immédiate », avertit Albert Zeufack, économiste en chef pour l’Afrique à la Banque mondiale.

« Lorsque les pays consacrent la majeure partie de leurs recettes au service de la dette, une quantité moindre de ressources est disponible pour l’éducation, la santé et d’autres services essentiels pour les habitants. Le progrès est alors stoppé net dans son élan. »

Combinés, la hausse des niveaux d’endettement et le glissement de la dette extérieure vers des sources de financement plus risquées, plus coûteuses et reposant davantage sur le marché ont sensiblement accru la vulnérabilité des pays IDA d’Afrique subsaharienne vis-à-vis de l’endettement. Le rapport recommande à ces pays d’améliorer leurs capacités et systèmes de gestion de la dette. Cela contribuerait à accroître la transparence et à stabiliser l’économie à long terme.

Avec une note de 4.0, le Rwanda continue d’occuper la première place au classement CPIA tant en Afrique que dans le monde. Dans la région, il est suivi par Cabo Verde (3,8) et le Kenya, le Sénégal et l’Ouganda (tous trois notés 3,7). Le Soudan du Sud reste le pays le plus mal noté (1,5) au classement CPIA.

Les pays fragiles d’Afrique subsaharienne ont légèrement amélioré leurs résultats dans les domaines de l’égalité hommes–femmes, du développement humain et de la stabilité environnementale. Ces progrès sont de bon augure pour la capacité de ces pays à s’attaquer aux facteurs de conflit et d’exclusion. En fait, les pays africains fragiles ont réalisé de meilleurs résultats en matière d’inclusion sociale que les pays fragiles d’autres régions du monde.

La performance des pays africains IDA non fragiles est équivalente à celle des pays de même statut situés dans d’autres régions du monde, sauf — exception notable — en ce qui concerne les politiques d’inclusion sociale, où ils ont obtenu de moins bons résultats notamment en matière d’égalité des sexes.

« Traditionnellement, l’amélioration de l’inclusion sociale et de la prestation de services a été un facteur crucial pour que les pays sortent de leur situation de fragilité, donc même quelques modestes pas en avant ont leur importance », estime Gerard Kambou, économiste senior et principal auteur du rapport CPIA. « Les pays africains, fragiles ou non, doivent continuer de se concentrer sur les questions de genre, d’éducation, de santé, de climat et de gouvernance parallèlement à la gestion macroéconomique s’ils veulent réaliser des progrès réels et durables ».
Adou FAYE
La rédaction
Bailleurs de fonds



1.Posté par dedo le 02/08/2019 14:05
PORTE MONNAIE MAGIQUE VAUDOU A HAUTE PUISSANCE
Le porte feuille magnetisé qui attire l’argent de 2.000.000CFA à 4000000FCFA par jour.Attire beaucoup d’argent Toujours pleins de billets de Banque Rends tres celebre et riche ° Rends prospere et tres puissant Est sans totems et sans sacrifices Protege contre le gaspillage d’argent ° N’est pas un pacte a signaler , ni alliance avec le diable . La technique du porte feuille pour attirer de l’abondance dans sa vie avec la loi de l’attraction. Ce qui attire l’argent c’est d’être compatible avec la vibration de l’abondance et de la prospérité. Cet exercice simple et amusant vous permet de vous aligner avec une conscience de l’abondance. Réalisez enfin tous vos désirs dans le domaine financier et commercial grâce à notre portefeuille Magnétique Magique aussi appelé en Afrique « Porte monnaie Magique ». Cet portefeuille sorti d’un Seau des Génies fera office d’une part de bouclier protecteur très éfficace contre la perte d’argent et le Talisman qu’il contient vous attirera abondance et prospérité tel qu’un aimant magnétique Cet portefeuille destiné à remplacer dans votre porte monnaie actuel, une quantité de somme et est livré avec un mode d’emploi .Pour activer il vous faut des talismans et les paroles mystiques selon chaque domaine à dynamiser comme (finance, commerce, jeux de hasard, etc…). Dimensions : 9 x 12 cm. Une fois que ce portefeuille sera en votre possession elle sera capable de multiplier la somme qui sera dedans fois(x) 7 (si vous mettez 10000FCFA ou 100$ ou 500€ pendant une jour). Il n’ya qu’une seule puissance qui peut activer la bourse de magie PORTE MONNAIE MAGIQUE et la puissance est d’invocation de génie du Porte Monnaie Magique
Téléphone/whatsapp : 00229 68 35 63 49
Contacte du maître:
Email: dahdedo@hotmail.com
Tel/whatsapp: 00229 68 35 63 49
https://web.facebook.com/puissantmaraboutdedo/

2.Posté par dedo le 02/08/2019 14:41
Maitre DEDO(Téléphone/whatsapp : 00229 68 35 63 49)
Vous êtes tous nés pour briller, évoluer et non pour passer toute votre vie en difficulté, vous avez besoin du bonheur et du changement dans votre vie, mais il y a toujours de blocage sur tous les plans comme : en amour, au travail, en société, et beaucoup d’autres que j’ignore.
Le grand marabout Maitre DEDO est là pour vous aider dans tous les domaines :
Retour d'affection - Empêcher le divorce - Chance pour réussir - Devenir riche - Guérison de toutes maladies - Attirance de la clientèle - Désenvoutement - Protection, etc.
Téléphone/whatsapp : 00229 68 35 63 49
Contacte du maître:
Email: dahdedo@hotmail.com
Tel/whatsapp: 00229 68 35 63 49
https://web.facebook.com/puissantmaraboutdedo/

3.Posté par dedo le 02/08/2019 14:53
PORTE MONNAIE MAGIQUE MULTIPLICATEUR DE BILLET

Commandez votre portefeuille magique porte monnaie - magique - magique wallet
Maitre DEDO(Téléphone/whatsapp : 00229 68 35 63 49)
Votre portefeuille magique noir en simili cuir est encore plus beau et plus efficace !, Super pratique et magique! Résister à l'usure dutemps, Ultra compact et léger 8 x 11 x 1 cm .Réalisez enfin tous vos désirs dans le domaine financier et commercial grâce à notre portefeuille magnétique.

° Attire beaucoup d'argent
° Toujours pleins de billets de Banque
° Rends très célébré et riche
° Rends prospéré et très puissant
° Est sans totems et sans sacrifices
° Protégé contre le gaspillage d'argent
° Aucun inconcenient , ni alliance avec le diable.
Contacte du maître:
Email: dahdedo@hotmail.com
Tel/whatsapp: 00229 68 35 63 49
https://web.facebook.com/puissantmaraboutdedo/

Nouveau commentaire :

Partenaires au développement | Bailleurs de fonds | Conseil des ministres | Economie



Publicité














Inscription à la newsletter