Publicité

lejecos



Publicité

Côte-d’Ivoire : L’économie s’est fortement redressée avec une croissance de 7% selon le Fmi

Jeudi 23 Juin 2022

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (Fmi) a conclu les consultations au titre de l’article IV avec la Côte d’Ivoire et approuvé sans réunion, l’évaluation des services du Fmi selon la procédure de défaut d’opposition.


«À la faveur d'une grande stabilité macroéconomique, la Côte d’Ivoire s’est montrée résiliente face à la pandémie de la Covid‑19, grâce aux politiques efficaces mises en place par les autorités pour y répondre. Le nombre de décès liés à la Covid-19 y reste faible si on le compare aux chiffres du reste du monde. La campagne de vaccination se poursuit et environ 70 % de la population visée a déjà reçu une première dose », lit-on dans un communiqué de presse.

«L’économie s’est fortement redressée en 2021 avec une croissance estimée à 7 % (contre 2 % en 2020), tandis que l’inflation annuelle s'est hissée à 4,2 % en raison des chocs externes et de l’offre. Le déficit budgétaire global a atteint 5,1 % du PIB (ce qui est inférieur aux prévisions), principalement en raison des améliorations observées dans le recouvrement des recettes douanières et dans l’administration fiscale, qui ont compensé l’augmentation des dépenses de sécurité », note le Fmi.

Selon  l’institution, la détérioration de l’environnement extérieur due à la guerre en Ukraine et les défis liés à la sécurité dans la région devraient peser sur les perspectives macroéconomiques en 2022. Les services du Fmi estiment que la croissance devrait ralentir et s’établir à 6 % cette année en raison de l’atonie de la demande mondiale, de la détérioration des termes de l’échange et d'une incertitude accrue, tandis que l’inflation devrait encore augmenter pour atteindre environ 5½ %. Les autorités ivoiriennes ont mis en œuvre plusieurs mesures temporaires pour contenir les effets de la guerre en Ukraine, comme le plafonnement du prix de plusieurs produits alimentaires.

Cependant, le Fmi souligne que la situation à court terme est caractérisée par des risques baissiers découlant principalement des répercussions mondiales de la guerre en Ukraine, du resserrement de la politique monétaire dans les pays avancés et de l’augmentation du coût d’emprunt qui l’accompagne, ainsi que de l’émergence de nouveaux variants de la Covid‑19 et de l’instabilité persistante dans certains pays voisins. Les perspectives de croissance à moyen terme restent robustes avec la Côte d’Ivoire bénéficiant également de risques haussiers, notamment la découverte d’importantes réserves de pétrole et de gaz. La mise en œuvre rigoureuse des réformes prévues dans le cadre du plan national de développement (Pnd) 2021–25 permettrait de stimuler la croissance à moyen terme.

Le Fmi souligne que la mise en œuvre rapide de politiques bien conçues, étayée par l’adoption de politiques macroéconomiques pertinentes au cours de la dernière décennie, a contribué à limiter le coût économique de la pandémie de Covid‑19 en Côte d’Ivoire.

La guerre en Ukraine a néanmoins affecté les perspectives du pays. Les mesures récemment prises pour contenir les effets de ce conflit sur l’inflation et l’économie devraient rester temporaires et cibler davantage les populations les plus vulnérables si la situation devait se prolonger. Les autorités doivent trouver un juste équilibre entre couvrir leurs dépenses prioritaires (avec notamment une hausse des dépenses de sécurité) et préserver une marge de manœuvre budgétaire suffisante pour faire face aux chocs futurs.

«Il est essentiel que la Côte d’Ivoire poursuive ses réformes budgétaires pour se dégager une marge de manœuvre afin de financer ses dépenses prioritaires et soutenir la croissance inclusive. Si les résultats budgétaires se sont révélés meilleurs que prévus en 2021, ce qui tient en partie à des améliorations continues sur le plan des réformes de l'administration fiscale et du recouvrement des recettes douanières, notamment grâce à la numérisation, les recettes fiscales restent bien en deçà de l’objectif de convergence fiscale de l’Uemoa, qui est de 20 % du Pib », recommande le Fmi. Il juge essentiel de poursuivre les efforts en cours pour améliorer l’administration fiscale et rationaliser les exonérations fiscales, afin de financer les dépenses publiques en faveur de l’investissement, de la convergence sociale et de la prestation de services dans les régions mal desservies. La refonte et la simplification du régime de l’impôt sur le revenu des personnes physiques permettraient également d’améliorer sa progressivité.

Adou Faye
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour




Publicité















Inscription à la newsletter