CONTRE LA DÉPRÉCIATION DE LA NOIX DE CAJOU EN CHUTE LIBRE AU KILOGRAMME : LES PRODUCTEURS ETALENT LEURS INQUIETUDES DANS LA RUE

Mardi 21 Mai 2019

Au moins trois cent personnes, selon les organisateurs, ont pris part avant-hier, samedi 18 mai, à une marche pacifique contre la dépréciation drastique du prix au kilogramme de l’anacarde. Celui-ci est passé de 1.200F CFA à seulement 200F CFA ces trois dernières années à la grande inquiétude des producteurs.


Etant leur seule source potentielle de revenus, les communautés du Boudié et du Diassing sollicitent la fixation d’un prix qui profiterait à tous les acteurs de la chaine de production et de transformation.

La forte chaleur pré-hivernale et l’épaisse couche de poussière qui a enveloppé l’atmosphère n’ont altéré en rien avant-hier, samedi, l’engagement des populations du Boudié et du Diassing à manifester leur déception dans la rue à Touba Boudié/ Et pour cause, la chute drastique du prix au kilogramme de la noix de cajou passé de 1.200 à 200F CFA seulement alors que c’est leur principale source de revenu.

Kabirou Djité, le porte-parole du jour, déclare que « depuis un certain nombre d’années, l’anacarde est devenue la principale source de revenu des populations de la zone du Boudé et du Diassing, constatant avec amertume la chute drastique et progressive du prix de l’anacarde d’une année à une autre. De 1000F à 1.200F CFA le kilo en 2017, dans l’espoir que 2018 sera au moins à 1.500F CFA, à la grande surprise de tous et sans aucun signe avant-coureur, le prix a chuté à 800 puis 750 F CFA. Pis, la descente aux enfers a atteint les 200F CFA le kilo cette année ».

Parmi les manifestants, la dame Diénéba Mendy visiblement très engagée et tout de rouge vêtue ajoute que « l’inquiétude est accentuée par l’absence de négociation permettant de connaitre en amont le prix auquel s’attendre. La détresse des pauvres producteurs qui n’ont que leurs noix pour assouvir leurs besoins est grande» fait-elle observer.

Les manifestants, un peu moins de trois cents et tous arborant des brassards rouges sollicitent l’arbitrage du chef de l’Etat Macky Sall pour une réorganisation de la filière anacarde. « Par cette marche pacifique, nous voulons sonner l’alerte au sujet de la menace qui plane sur la filière anacarde. D’autre part aussi, nous voulons porter le plaidoyer auprès des autorités pour la fixation d’un prix digne de la valeur du cajou afin de préserver les intérêts des producteurs. Et pour cela, nous lançons un appel solennel au président de la République Macky Sall pour une solution durable », a ajouté Kabirou Djité, l’un des porte-parole de la manifestation.

De plus en plus, la requête passe en clameur populaire du Balantacounda au Diassing et au Boudié, la voix stridente du producteur désespéré. Avec la dépréciation de l’anacarde, c’est sans doute un pan de mur de toute une économie rurale qui s’effondre avec des implications sociales à rebondissements multiples dans la région.
http://www.sudonline.sn 
 
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour
















Inscription à la newsletter