BANQUES : La BNDE réalise un résultat net de 2,179 milliards pour l’exercice 2018

Mardi 21 Mai 2019

Le difficile chantier de la mise en conformité avec les nouvelles normes prudentielles Bâle2 et Bâle 3 n’a pas empêché la BNDE de poursuivre son développement. Elle a renforcé ses fonds propres et a encore enregistré des résultats satisfaisants en termes de total bilan, de produit net bancaire et de résultat net. Elle se projette maintenant vers l’avenir avec de nouveaux chantiers dans l’affacturage, le crédit-bail etc.


BANQUES : La BNDE réalise un résultat net de 2,179 milliards pour l’exercice 2018
Le petit poucet commence à bousculer la hiérarchie. La Banque nationale de développement économique du Sénégal (BNDE) n’est plus la petite banque de ses débuts, en 2013, avec 30 milliards de Total bilan et une trentaine de millions de bénéfice. Elle se classe pour la seconde année consécutive dans la catégorie des banques de taille moyenne de la place de Dakar.

En effet, avec la mise en œuvre de son business plan 2017-2021,  la BNDE enregistre un total bilan supérieur à 100 milliards. Le total bilan de la BNDE pour l’exercice clôt le 31 décembre 2018 est passé à 175 milliards. On note ainsi une augmentation de 35 milliards par rapport au total bilan de l’exercice 2017 qui était de 140 milliards.

Toujours pour l’exercice 2018, le produit net bancaire de la BNDE a connu une croissance de 22%. Le PNB affiche 9,437 milliards pour l’exercice 2018. Les bons chiffres de la banque concernent également le résultat. Le résultat brut d’exploitation de la banque est à 3,634 milliards. Il a connu une progression de 46%, par rapport à l’exercice 2017.
Quant au résultat net, il est de 2,179 milliards pour l’exercice 2018. La BNDE a  en ce moment à son actif 13 agences et emploie 170 personnes.

Besoin d’un appui plus prononcé de l’Etat
La banque nationale de développement économique du Sénégal n’a jamais connu un résultat déficitaire comme a tenu à le rappeler son Directeur général, lors de sa rencontre avec la presse, pour la présentation des résultats de l’exercice 2018. Cela constitue un exploit. Il est en effet, très rare qu’une banque qui vient de démarrer ses activités ne connaisse pas de résultats négatifs. Toutefois, pour grandir et se positionner dans la catégorie des banques qui ont un total bilan supérieure 200 milliards, et pouvoir participer davantage au financement de l’économie, la BNDE a besoin de beaucoup plus d’appuis. C’est en tout cas ce que Thierno Seydou Nourou a révélé lors de son face à face avec la presse. La banque doit pouvoir capter beaucoup plus de fonds publics. Tel ne semble pas être le cas en ce moment. C’est la raison pour laquelle, le patron de la BNDE est convaincu que « la volonté politique  est là » mais ajoute-t-il « elle n’est pas suffisante ».

Toutefois, en dépit de cette situation sur laquelle il faudra sans doute se pencher pour lui trouver des solutions, la BNDE joue quand bien même sa partition dans le financement de l’économie. Elle a participé au financement de plusieurs projets structurants dont on peut citer entre autres le programme de renouvellement des gros porteurs pour un montant de 5 milliards, le refinancement du programme des domaines agricoles communautaires à hauteur de 15 milliards, la BNDE a été aussi fortement impliquée dans le financement de la campagne de commercialisation arachidière 2017/2018 en mettant sur la table plus de 18 milliards. Il faut signaler que 40% de ces crédits sont à moyen terme et ce sont les petites et moyennes entreprises qui représentent 27% de l’encours.

Projection dans l’avenir

Afin de diversifier son offre de produits destinés à sa clientèle riche de 11210 personnes physiques et morales, la BNDE compte mettre en place de nouvelles activités selon son Directeur général. Il s’agit : de l’affacturage, pour apporter une réponse aux besoins de trésorerie des PME/PMI qui représentent 24% de la clientèle de la banque ; de la Finance islamique , afin d’ attirer les dépôts de la clientèle ,et répondre à ses besoins en conformité avec ses valeurs ; du crédit-bail destiné à apporter une réponse aux besoins de financement  des investissements des PME/PMI tout en maîtrisant les risques du crédit et enfin développer l’inclusion financière et le taux de bancarisation à travers le projet agency banking. Toutes  les personnes en charge de ces projets ont fait des présentations lors de cette rencontre avec la presse.
Oumar Nourou
La rédaction
Finances & Banques


Nouveau commentaire :

Finances & Banques | Industrie | Service & distribution | Appels d'offres | Offres d'emploi | Portrait d’entrepreneur
















Inscription à la newsletter