Publicité

lejecos



Publicité

Afrique: 25ème Congrès des notaires d'Afrique - Les Notaires de plus de 19 pays à Lomé pour réfléchir sur les mutations économiques et sociales et le foncier

Jeudi 28 Novembre 2013

Depuis ce mercredi matin, ils plusieurs centaines de notaires venus de 19 pays du continent africain à se plancher sur le thème principal et les sous thèmes du 25ème Congrès des Notaires d'Afrique qui se tient à Lomé jusqu'au 29 novembre prochain. Placé sous le thème « le notariat africain face aux mutations économiques et sociales du continent », ce Congrès sera une occasion pour les notaires venus de l'Afrique, de l'Europe, de l'Asie et des USA, de faire des analyses et propositions sur la pratique de leur profession, en vue de contribuer à l'amélioration du droit.


Le Congrès a été ouvert hier mercredi par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Koffi Essaw en présence de la Présidente de la Chambre Nationale des Notaires du Togo, Me Molgah Kadjaka-Abougnima, du Président élu de l'UINL, Daniel Sédar Senghor, de la présidente de la CAAF/UINL, Me Régine Dooh-Collins et autres personnalités de marque. La rencontre est organisée par la Chambre nationale des Notaires du Togo de concert avec l'Union Internationale du Notariat Commission des Affaires Africaines (CAAL/UINL) avec d'autres partenaires.
Ouvrant les travaux, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Koffi Esaw, a estimé que parmi les sujets qui vont meubler les débats au cours du congrès, l'un est très préoccupant de nos jours dans nos communautés africaines, notamment le récurrent problème lié à la sécurité foncière. « Plus de 90%, probablement plus, de litiges en Afrique sont ceux touchant le foncier. Ces litiges sont crées par les propriétaires fonciers et les acteurs de justice », a-t-il souligné. Il a convié les notaires africains et leurs pairs étrangers « à refuser d'être complices des meurtriers à col blanc », que sont les trafiquants véreux de la terre. Accordant sa voix à celui de M. Esaw, la Présidente de la Chambre Nationale des Notaires du Togo, Me Molgah Kadjaka-Abougnima, a fait constater que « face à la modernisation de l'outil de production, à l'évolution des mœurs, à la complexité de plus en plus accrue des questions d'achat et de vente immobiliers, le notariat doit s'adapter, s'acclimater à ces nouvelles conjonctures en vue de jouer pleinement son rôle dans la société ».
Parlant de particularité, le rendez-vous de Lomé en revêt plusieurs. Non seulement il offre un cadre d'échanges et de partages, c'est également une opportunité pour célébrer trois évènements. Il s'agit des 25 ans d'existence de la CAAF, de l'élection pour la première fois d'un africain à la présidence de l'UINL, en la personne de Me Daniel Senghor, et de l'élection d'un Togolais à la présidence de la CAAF. Une autre particularité de ce Congrès, c'est le séminaire sur le foncier placé sous le thème « rôle du Notaire dans les actes d'aliénation des immeubles ou de constitution d'un droit réel sur ceux-ci » qui aura lieu le vendredi 29 novembre, jour de clôture du congrès. Le même jour, il y aura la présentation des ouvrages des Notaires, la présentation et l'adoption du Rapport général et la remise des reconnaissances aux Présidents honoraires successifs de la CAAF.
A en croire les organisateurs, le thème retenu pour le congrès leur permettra d'aborder à la fois diverses thématiques relevant de leurs pratique, il les amène aussi à prospecter d'autres domaines dans lesquels, ils pourraient apporter leur expertise à l'usager du droit. Il s'agit du rôle du notaire auprès de l'Etat, de l'adaptation du notariat à l'évolution technologique, l'adaptation du notaire aux évolutions sociales, le notaire et le foncier.
A titre d'information, le Congrès des Notaires est un espace de réflexion et d'échanges et le rôle du Congrès est de confronter le droit, ses évolutions aux besoins de la société perceptibles au travers de la pratique quotidienne des notaires. Professionnel du droit, le notaire est un officier public, nommé par l'Etat pour conférer l'authenticité aux actes juridiques et contrats contenus dans les documents qu'il rédige et pour agir comme conseiller en faveur des personnes faisant appel à son ministère.
Télégramme 228
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour




Publicité















Inscription à la newsletter