Publicité

lejecos



Publicité

NOTATION FINANCIÈRE : Le Sénégal et la Côte d’Ivoire dans le collimateur de l’agence de notation Moody’s

Lundi 27 Juillet 2020

L'agence de notation Moody’s a placé, sous revue, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, l’Éthiopie et le Pakistan, dans la perspective d'une éventuelle dégradation de leur note. En raison de leur endettement excessif et de leur bouée de sauvetage liée au moratoire sur les paiements de dettes bilatérales, intervenu le 15 avril dernier, lors d’une réunion du G20, en plein contexte de pandémie. Gros nuage sur la santé financière de leurs portefeuilles. Détails.


Confidentiel Afrique a eu accès à la toute récente note de l’agence Moody’s. Cinq pays (Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun, Éthiopie, Pakistan) ont un point similaire, en termes de dégradation de la qualité du portefeuille d’endettement auprès de leurs créanciers. En Afrique de l’Ouest, selon la récente note de l’agence de notation, parcourue par Confidentiel Afrique, deux pays de la Zone UEMOA crèvent l’abcès et sont dans le collimateur de Moody’s. Il s’agit de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. Même si le Cameroun, seul pays de l’Afrique centrale serait aussi concernée par cette note de Moody’s. Il est mentionné que ‘’ces États très endettés ont décidé de profiter d’un moratoire sur les paiements des dettes bilatérales qu’elles ont conclues en pleine pandémie avec des créanciers publics ou supranationaux’’.

Sur l’espace CEDEAO, ce sont le Sénégal et la Côte d’Ivoire qui ont été indexés par l’agence Moody’s. Pour rappel, ils  avaient eu accès, à un allègement de la charge de leurs dettes , sur accord, au cours d’une réunion du G20 en date du 15 avril 2020 , avec le soutien des Nations unies, de la Banque mondiale et du Club de Paris, qui rassemble les principaux guichets- prêteurs publics des pays en développement. Le contexte de la pandémie avait favorisé l’accès à ce mécanisme financier, à ces deux pays en voie de développement.

UNE BOUFFÉE D’OXYGÈNE, MAIS..

 Concrètement, il ne s’agit pas d’annuler les créances, mais seulement de suspendre les paiements dus aux pays riches, jusqu’à la fin de l’année.

Toutefois, ce qui inquiète l’agence de notation, ce n’est pas le mécanisme utilisé, mais bien le fait que le G20 et la Banque mondiale aient demandé aux créanciers privés d’emboîter le pas aux grands pays prêteurs. Pour Moody’s, l’analyse est claire. Une négociation sur une suspension de la dette de marchés a de fortes probabilités d’être considérée comme un cas de défaut, lit-on dans la note parvenue à Confidentiel Afrique. Les autorités sénégalaise et ivoirienne réagiront face au contenu de la dernière note de l’agence Moody’s.
http://confidentielafrique.com/
 
 
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour



Publicité














Inscription à la newsletter