Publicité

lejecos



Publicité

Le défi technologique du secteur de l'habillement

Lundi 2 Juillet 2018

Pendant de nombreuses années, le débat autour du secteur mondial de l'habillement était dominé par la question suivante : où vos vêtements ont-ils été fabriqués et par qui ? Mais aujourd'hui, il y a une question plus pertinente : comment vos vêtements ont-ils été fabriqués et par quoi ?


Le défi technologique du secteur de l'habillement
Ce que vous portez provient d'une industrie de pointe, que vous le sachiez ou non. Après des décennies de production demandeuse de main-d'œuvre par des ouvriers des pays du Sud, l'intelligence artificielle (IA) et la robotique remplacent les humains dans les usines. Mais alors que ces changements vont apporter de nouveaux avantages aux consommateurs - comme des livraisons plus rapides et un habillement sur mesure - tout cela aura un coût. Les changements au modèle économique du secteur de l'habillement menacent les emplois de millions de personnes dans les pays à revenus faibles et moyens. La façon dont ces économies vont s'adapter aura des implications de grande envergure.
Aujourd'hui, plus de la moitié des exportations du textile du monde et environ 70 % de ses exportations de vêtements de prêt à porter proviennent des économies en développement . En Asie, près de 43 millions de personnes  sont employées dans les secteurs du vêtement, du textile et de la chaussure, où les femmes représentent les trois quarts de la main d'œuvre. De la Chine au Bangladesh, l'industrie du textile et de l'habillement a donné des responsabilités aux femmes  et a tiré des générations entières de la pauvreté. Bref, la fin de ces emplois serait un désastre.
Mais les préserver ne sera pas facile. Pour comprendre à quoi sont confrontées les entreprises dans l'hémisphère Sud, il faut examiner la concurrence à laquelle elles font face. Par exemple, l'année dernière le détaillant en ligne Amazon s'est vu accorder un brevet aux États-Unis pour « un système de fabrication de vêtements à la demande  » qui peut personnaliser les commandes et optimiser la production à partir de n'importe où, pour moins cher. La compagnie a déjà reçu l'approbation pour sa première usine de production  à Norristown en Pennsylvanie.
Ces évolutions ont lieu deux ans après que Amazon a annoncé sa propre ligne d'habillement. Avec des inventions futuristes comme l'analyse par IA des tendances de la mode  et même « un miroir de réalité mixte » pour habiller virtuellement les clients en ligne, l'engagement d'Amazon - et son influence - sur le secteur de l'habillement vont s'accentuer de plus en plus.
À bien des égards, ces innovations seront bénéfiques pour le secteur du textile et de l'habillement. Non seulement ces technologies vont rendre les achats plus amusants, mais elles vont également faire augmenter l'efficacité de production et les coûts inférieurs. Les grandes marques pourront par la suite répondre plus rapidement aux goûts de leurs clients tout en gardant de faibles stocks et en limitant la production excessive d'habillement. En fait, ce n'est peut-être qu'une question de temps avant que les marques de mode de milieu de gamme n'échangent leurs étiquettes « Fabriqué en » issues de pays en voie de développement, contre des étiquettes « Fabriqué par les services de fabrication d'Amazon. »
Malheureusement, tous ces changements signifient peu d'emplois pour de nombreuses personnes. Car les usines font face à la fermeture, les communautés vont perdre leurs revenus et les économies vont chanceler. La question consiste à présent à savoir ce que les décisionnaires peuvent faire à ce sujet.
Pour de nombreuses industries, utiliser ce que Klaus Schwab  du Forum économique mondial a appelé la Quatrième Révolution industrielle implique une régulation de la technologie. Mais dans le commerce du textile et de l'habillement, ce ne suffira pas à résoudre le problème. Au lieu de cela, ce secteur doit adopter une approche plus globale et plus centrée sur l'humain. Il faut évaluer ces nouvelles technologies en gardant à l'esprit les coûts humains - mesurés en termes de revenus perdus, de vies brisées et de familles déracinées.
Par ailleurs, les sociétés de technologie doivent faire mieux pour collaborer avec les industries d'habillement pour gérer les futures plateformes. Avec l'évolution des emplois traditionnels en usine, les emplois de maintenance de technologie vont devenir plus importants. De même que les machines à coudre cassent et ont besoin de calibrage, il en est de même pour les imprimantes textiles et les systèmes d'emballage.
En conclusion, pour aider à faciliter la transition de la fabrication manuelle à la fabrication moderne, les entreprises et les gouvernements doivent commencer à améliorer la formation des employés actuels en matière de compétences techniques. Si la main d'œuvre actuelle reste adaptée aux économies de demain, les employés auront besoin de qualifications adéquates pour en faire partie.
Pourtant, pour rendre cela possible, les dirigeants des pays en voie de développement doivent accepter une dure vérité : les grands pools de main d'œuvre à prix réduit ne sont plus un avantage stratégique dans l'économie mondiale. Il y a un besoin urgent de réinvention industrielle. Les gouvernements doivent défendre des accords commerciaux qui amortissent l'impact quand les emplois de fabrication sont perdus, tout en jetant les bases de la transition vers des industries de haute technologie.
Depuis les usines jusqu'aux agences gouvernementales, des mesures audacieuses sont nécessaires si l'hémisphère Sud entend rester pertinent dans le secteur mondial de l'habillement. Le changement ne débarque pas dans le monde de l'industrie du vêtement : il est déjà là.
Heshika Deegahawathura, conseiller commercial de MAS Holdings, une des plus grandes sociétés du secteur de l'habillement en Asie du Sud.
© Project Syndicate 1995–2018
 
La rédaction
chroniques


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Septembre 2018 - 00:02 Les Africaines doivent prendre leur place au sommet

Mercredi 12 Septembre 2018 - 00:01 Promesses et dangers de l’intelligence artificielle

chroniques | Editos | Analyses










EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter