Publicité

lejecos




Formalisation du secteur primaire : Les commerçants et industriels listent les préalables

Dimanche 22 Décembre 2019

Les membres de l’Association des commerçants et industriels du Sénégal (Acis) sont en phase avec la formalisation de leur secteur. Khadim Sylla et Cie soulignent tout de même que des mesures d’accompagnement doivent être prises.


« Le développement du Sénégal est entre nos mains. » Tels sont les propos du président de l’Association des commerçants et industriels du Sénégal qui présidait ce matin leur journée d’intégration. Pour Khadim Sylla, la formalisation du secteur primaire s’impose vu son importance et sa dimension. 
 
En ce sens, les commerçants et industriels du Sénégal déclarent que l’industrialisation de leur secteur doit suivre un certain nombre d’éléments, notamment la maîtrise énergétique, la protection des producteurs nationaux, le développement des infrastructures, la facilitation d’accès aux financements, la formation etc. 
 
Par ailleurs, les membres de l’Acis trouvent qu’ « il y a un écart entre les autorités et les commerçants concernant l’information, la sensibilisation entre autres »
 
Par conséquent, confie M. Sylla, certaines décisions de l’autorité sont parfois à l’encontre des intérêts des commerçants et des industriels et provoquent des perturbations dans le marché à travers particulièrement les grèves. 
 
« La formalisation est une très bonne chose pour les commerçants. Mais que cela ne soit pas un moyen pour l’Etat de mettre sur nos épaules une fiscalité lourde », laisse entendre un des participants à la journée d’intégration de l’Acis sur le thème: « L’économie informelle, une passerelle vers l’industrialisation ».
Bassirou MBAYE 
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour



Publicité














Inscription à la newsletter