COMMERCE REGIONAL DANS LA ZONE CEDEAO : Le Sénégal 4ème en termes de parts des marchés

Jeudi 29 Juin 2017

Le Commerce intra africain demeure faible et dans la zone Cedeao, le Nigéria rafle l’essentiel des parts de marché.


COMMERCE REGIONAL DANS LA ZONE  CEDEAO : Le Sénégal 4ème en termes de parts des marchés
Le géant Nigérian occupe la première place du marché de la Cedeao , qui compte 340 millions de francs Cfa de consommateurs. Le pays anglophone rafle plus de 60% du commerce interne de la Cedeao, suivi du Ghana avec 10,7%. Le Sénégal est à la 4ème position avec 4,6% du commerce de l’espace Cedeao. Mais pour l’essentiel, les spécialistes qui participaient à une séance de formation organisé à Accra par la Fondation Friedrich Ebert pour des journalistes africains et des membres de la société civile ont regretté le fait que l’Afrique de l’Ouest produit ce qu’elle ne mange pas et mange ce qu’elle ne produit pas. Nécessité d’harmoniser les positions de la Cedeao pour le MC11 Dans le cadre d’une séance de formation organisée pour des journalistes et des membres de la société civile sur les défis du commerce inter africain par la Fondation Friedrich Ebert, les spécialistes de l’Organisation mondiale du Commerce (Omc) et de la Cedeao ont insisté sur le fait que l’Afrique doit harmoniser ses position pour bien négocier les accords commerciales. Cela est important car la 11ème conférence des ministres du Commerce de l’Omc (MC11) va se dérouler bientôt au Ghana (décembre 2017). La Cedeao n’a pas encore réussit à harmoniser ses positions pour avoir une même position. Le Nigérian Peter Seworno de la Cedeao a révélé l’organisation communautaire n’a pas encore de politique commerciale commune car chaque Etat veut gérer cette souveraineté et négocier séparément à l’Omc. Toutefois, rien n’est encre perdu car la structure sous régionale est en train de travailler pour élaborer cette politique commune comme ce fut le cas lors des négociations des Ape ajoute peter Seworno. Quant à la Responsable des Relations extérieurs de l’Organisation mondiale du Commerce (Omc), Vomai Muyumba, elle pense que si l‘Afrique se prépare elle peut se prendre en charge et bien négocier aa lieu de croire qu’il faut aller payer des experts étrangers pour cela. Selon cette dernière, «en Afrique, nous nous sous estimons en ce qui concerne nos capacités dans le commerce. Les experts du continent savent mieux ce qui se passe sur le continent que les experts étrangers. Cela me frustre car lors des négociations, l’Afrique ne dit pas ce qu’elle pense alors qu’on a les capacités de faire passer ses intérêts». Tidiane Diouf, Envoyé spécial à Accra
La rédaction
UEMOA-CEDEAO


Nouveau commentaire :

UEMOA-CEDEAO | Marché sous-Régional | Agence UMOA titres
















Inscription à la newsletter