Publicité

lejecos



Publicité

Numériser l'industrie minière de l'Afrique

Mercredi 5 Janvier 2022

Les ressources minières constituent une source primordiale de revenus pour l’Afrique. En 2019, les minerais et les énergies fossiles ont représenté plus d’un tiers des exportations d’au moins 60 % des pays africains. Le continent produit environ 80 % du platine au niveau mondial, deux tiers du cobalt, la moitié du manganèse, et une quantité substantielle de chrome, ce qui le place solidement en position de bénéficier d’une demande croissante autour de ces minerais. L’Afrique est par ailleurs considérée comme l’une des régions du monde abritant les plus importantes quantités de ressources minérales non exploitées de la planète.


Malheureusement, en raison de l’insuffisance des moyens méthodiques de cartographie et d’exploration géologique, la pleine mesure des ressources du continent demeure inconnue. Pour libérer ce potentiel, il est essentiel que les sociétés minières et les gouvernements africains adoptent les technologies de la quatrième révolution industrielle (4RI). Intelligence artificielle (IA), automatisation et big data peuvent permettre aux sociétés minières de limiter les dégâts sur l’environnement, d’améliorer les conditions de travail, de réduire les coûts d’exploitation, et d’accroître la productivité.

L’adoption  de systèmes efficients d’énergies renouvelables permet d’ores et déjà au secteur minier de réduire son impact environnemental. Les technologies autonomes de la 4RI viennent compléter la transition écologique, en réduisant la consommation de carburant dans le cadre de processus tels que le chargement, le transport, le concassage et les forages. D’après certaines estimations, les technologies sans conducteur pourraient permettre une réduction de 10 à 15 % de la consommation de carburant  sur les sites miniers.

Une meilleure utilisation des données et de l’analytique peut également contribuer à l’amélioration des performances minières. Bien que les sociétés minières génèrent d’immenses quantités de données dans le cadre de leurs opérations, rares sont celles qui les utilisent de manière à réellement produire de la valeur. Il y a là une formidable opportunité manquée, dans la mesure où l’analytique avancée peut permettre d’optimiser la planification minière, d’accroître les rendements, et de réduire les temps d’arrêt des équipements. En Afrique du Sud, une mine construite il y a 30 ans est parvenue à améliorer  de 2 % son taux d’extraction de minerais en appliquant l’analytique avancée à ses principales étapes de traitement.

La mine de Syama, au Mali, constitue un autre exemple de site qui bénéficie de la numérisation. En 2015, Resolute Mining  a pris le contrôle des opérations à Syama, et transformé l’entreprise pour en faire la première mine spécifiquement automatisée au monde. Ses employés utilisent un réseau de fibre optique connecté aux centres de contrôle en surface, pour gérer et surveiller toutes les activités, de la mise en place du point de forage à l’extraction, au chargement, et jusqu’au transport. Cet investissement, certes conséquent dans un premier temps, devrait permettre de réduire les coûts d’extraction de 30 %, et d’améliorer l’efficience globale. Les machines peuvent fonctionner 22 heures par jour, et les roulements permettent d’éviter tout temps d’arrêt.

Les technologies de la 4RI détermineront l’avenir du secteur minier. Mais si elles représentent de formidables opportunités d’accroissement de la productivité, d’amélioration de la sécurité, et de réduction de l’impact environnemental du secteur, elles soulèvent également certaines inquiétudes légitimes. Nombre des emplois créés par ces nouvelles technologies nécessitent des employés qualifiés, que le marché du travail n’est pas en mesure de fournir, ce qui signifie des opportunités d’emploi réduites, en l’absence de programmes d’enseignement et de formation susceptibles de reconvertir les travailleurs.

L’une des solutions pourrait consister pour les sociétés minières à tirer parti des bénéfices issus des marges plus élevées  rendues possibles par l’introduction des nouvelles technologies, pour former les travailleurs concernés à l’IA et à l’apprentissage machine. De nouveaux programmes au sein des établissements d’enseignement pourraient inculquer les compétences technologiques dont la nouvelle génération aura besoin dans le cadre des emplois de la 4RI – y compris au sein des entreprises minières.

Une autre possibilité pourrait consister pour les entreprises du secteur minier à encourager le développement d’autres industries locales, afin de réduire la dépendance des communautés aux activités minières en matière d’emploi. En Mauritanie, plusieurs sociétés minières financent un certain nombre d’initiatives d’encouragement du développement économique local, parmi lesquelles une usine de production de bijoux, une installation de fabrication de briques, ainsi qu’une coopérative agricole.
Les leaders du secteur et les dirigeants politiques doivent travailler ensemble afin de capitaliser sur les opportunités qu’offre la numérisation. De nombreuses sociétés minières sont réticentes à investir dans de nouvelles opérations nécessitant un cadre réglementaire stable, car elles n’ont pas confiance en la capacité des gouvernements africains à faire respecter la conformité. La première étape doit par conséquent consister pour les gouvernements à faire évoluer cette conception. Les bienfaits économiques de la numérisation ont en effet vocation à s’étendre aux communautés locales comme aux États. À mesure que les mines gagneront en productivité – et en rentabilité – les gouvernements nationaux généreront davantage de recettes à investir  dans les infrastructures de type réseaux routiers, écoles et hôpitaux.

Les sociétés minières qui adopteront la transformation numérique amélioreront leur production, et opéreront de manière plus efficiente, plus efficace, et plus durable sur le plan environnemental. Elles établiront de nouveaux standards pour la santé et la sécurité des travailleurs, et pourront contribuer à la reconversion via les programmes d’enseignement et de formation. En somme, elles créeront une rupture dans le secteur minier africain. Pour autant, à condition d’être exploitée correctement, la numérisation produira des avantages bien supérieurs aux risques.
Traduit de l’anglais par Martin Morel
Landry Signé, professeur et directeur général au sein de la Thunderbird School of Global Management de l’Arizona State University de Washington DC, est membre principal de la Brookings Institution, lauréat Young Global Leader du Forum économique mondial, et auteur d’un récent ouvrage intitulé Unlocking Africa’s Business Potential.
© Project Syndicate 1995–2022
 
chroniques



1.Posté par Rituel rituel pour devenir riche et puissant le 05/01/2022 21:30
Devenir millionnaire et être heureux dans son couple en 2022, grand professeur KOUNDE, Medium voyant Tél/whatsapp:+22967525513.
Avoir quotidiennement de l’Argent et beaucoup d’Argent sur soi est une chose à laquelle tout le monde rêve y compris les Banquiers, les Riches, les Pauvres et mêmes hommes de Dieu.
Avoir beaucoup d'argent chaque jour et cela malgré toutes les dépenses effectuées en 2022, c’est maintenant chose possible grâce aux rituels pour devenir riche. Ces rituels sont sans conséquences, dangers et sans incantations
-1- Portefeuille magique
-2- Valise magique
-3- Calebasse magique
-4- le billet magique
-5- mots magiques pour attirer l argent, rituel pour attirer l'argent en urgence, magie blanche d'argent, rituel argent, rituel pour avoir de l'argent chaque jour,
-6- Talisman des 7 Pouvoirs
-7- Rituel de retour affectif rapide

contacts:
Tél/whatsapp:+22967525513
E-mail:professeurkounde@hotmail.com
Site web: https://rituel-pour-devenir-riche.cmonsite.fr


Dans la même rubrique :
< >

chroniques | Editos | Analyses




Publicité















Inscription à la newsletter