lejecos



Publicité

L’ambition du Sénégal de passer à 5 millions de passagers en 2023 et à 10 millions de passagers en 2035 réaffirmée

Samedi 12 Juin 2021

Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, a réaffirmé vendredi l’ambition du Sénégal de faire passer le nombre de passagers de 5 millions en 2023 à 10 millions de passagers en 2035.


« L’objectif global que nous avons, pour la relance du tourisme et des transports aériens est de faire de faire de Dakar le premier hub aérien sous-régional, avec un croissement significatif du trafic passant de cinq millions de passagers en 2023 à dix millions de passagers en 2035, tout en maintenant un très haut niveau de sécurité et de sûreté » , a-t-il notamment insisté.
 
M. Sarr présidait, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), le démarrage des travaux d’un atelier de partage avec les partenaires sociaux sur le plan stratégique hub aérien et touristique 2021-2025 et sur le pacte de stabilité social.
 
‘’Avec une croissance des passagers de 30%, il faut créer un véritable hall aéronautique autour de l’académie des métiers de l’aviation civile. On sait que ce n’est pas normal qu’un aéroport sous-régional comme l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) soit là avec plus de 200 ha disponibles et qu’il ne soit pas en mesure de mobiliser le secteur privé pour la création d’hôtels à l’image d’autres pays’’, a regretté le ministre. 
 
‘’Dans le transport aérien, l’un des secteurs les plus impactés par la pandémie de Covid-19, nous avons, plus que jamais, besoin de perspectives claires’’ a insisté Alioune Sarr qui soutient qu’après les premières phases de résilience lancées, dès le début de la pandémie, par le président Macky Sall, l’objectif principal était d’empêcher l’économie du secteur du tourisme et des transports aériens de s’effondrer.
 
‘’Une fois qu’on a traversé, en partie, cette crise, il nous faut préparer une stratégie concrète pour faire face à un avenir de plus en plus marqué par des incertitudes, notamment par rapport à la maitrise de la maladie et à la reprise du trafic’’, a déclaré M. Sarr qui précise que c’est dans ce cadre que ce plan stratégique a été élaboré.
 
Ce plan, selon lui, répond à l’orientation clairement définie par le Chef de l’Etat dans Plan Sénégal émergent (PSE) de positionner le Sénégal comme une ‘’plateforme économique et culturelle de référence’’ en Afrique de l’Ouest.
 
‘’S’agissant de notre secteur, cela se traduit par un objectif de faire du Sénégal le premier hub aérien de la Sous-région ouest-africaine. Cette vision a été traduite en quatre piliers stratégiques déclinés en treize objectifs stratégiques et vingt et un projets phares’’, a fait savoir Alioune Sarr.
 
Parmi ces projets, il cite, entre autres, la création d’un centre de maintenance aéronautique, d’une académie des métiers de l’aviation civile, le développement d’un hub fret et d’un centre de tri logistique, ainsi que le développement d’une aéroville avec des activités commerciales et touristiques.
 
Félicitant le DG de l’AIBD pour la diligence avec laquelle la mise en  œuvre de ces stratégies a été faite, Alioune Sarr lui a rappelé qu’il dispose d’un chronogramme ‘’clair et précis’’ qui a été validé par le président de la République en Conseil des ministres et qu’il faut mettre en œuvre sans délai en respectant les échéances.
 
‘’Nous nous sommes fixés comme objectif que d’ici le mois de décembre, les travaux du centre de maintenance et de l’académie des métiers de l’aéronautique démarrent. Nous ne pouvons plus accepter des délais aussi longs pour la mise en œuvre des projets, parce que le monde ne nous attend pas et que tout pays qui accuse du retard dans mise en œuvre des projets sera laissé en rade’’, a déclaré M. Sarr qui ne veut pas de ‘’bureaucratie excessive’’.
 
Le ministre a, par ailleurs, fait noter que le président de la République, Macky Sall, a mis à la disposition du secteur des transports aériens 25 milliards de francs CFA pour des investissements avec deux années de différés et un taux de 3,5%, alors que des entreprises hésitent encore à y aller.
 
‘’On ne peut pas empêcher quelqu’un à prendre du crédit, mais je tiens à dire que le gouvernement a mis à la disposition du tourisme et des transports aériens, 50 milliards de francs CFA pour le tourisme et 25 milliards de francs CFA pour le transport aérien. Ce que le gouvernement a mis à la disposition des deux secteurs, jamais dans l’histoire du Sénégal, ça n’a existé dans ce pays’’, s’est-il réjoui.
 
Serigne Makhtar Fall
 
Transport

Assurance | Environnement | Energie | Santé | BRVM | NTIC | Transport | Tourisme & Pêche | Agriculture & Elevage | Commerce | Education




Publicité















Inscription à la newsletter