Dette du Sénégal : Eléments d’éclairage sur le contenu et la soutenabilité

Vendredi 10 Janvier 2020


Le Fmi a indiqué que le risque de surendettement du Sénégal est passé d’un risque faible à un risque modéré de surendettement statut actuel de l’ensemble des pays de l’Uemoa.


Selon un document reçu au Journal de l’économie sénégalaise (Lejecos), le Fmi classe tous les 160 pays du monde en quatre (4) catégories sur la base du Cadre de Viabilité des Dettes des Pays (CVD), suivant des seuils de référence par rapport au Pib, aux exportations et aux recettes.

Il s’agit du risque faible ; du risque modéré ; du risque élevé ; et du surendettement. Selon le document, il convient de comprendre que les pays à risque faible sont ceux pour lesquels les indicateurs de dette sont nettement en dessous des seuils de référence.

Les pays à risque modéré ont des indicateurs en dessous des seuils mais des tests de résistance (simulation du Fmi) indiquent qu’en cas de chocs exogènes ou de changement brusque de politique macroéconomique, que les seuils pourraient être dépassés.

« Dans le cas du Sénégal, ce qu’on pourrait craindre c’est une baisse drastique des exportations, une baisse des recettes fiscales ou un repli prononcé de la croissance.  Or si on évalue le cadre macro-économique actuel et futur sur la période du PAP 2 (2019-2023), il s’avère : les projections tablent sur une croissance moyenne de 9% (2019-2023) dont 7% en 2020, croissance sur la base de laquelle le budget 2020 a été bâtie ; les recettes fiscales sont prévues largement en hausse sur toute la période considérée et cette hypothèse est confortée d’une part ; par les résultats de 2019 où les objectifs de recettes d’un montant de 2 561,6 milliards FCFA ont été atteints avec une progression de 555,98 milliards FCFA en valeur absolue et de 27,7% en valeur relative par rapport à 2018 (2 005,620) milliards FCFA et d’autre part ; par la Stratégie de recettes à moyen terme qui permet d’élargir l’assiette », explique-t-on.

Les pays à risque élevé sont ceux pour lesquels les indicateurs ont dépassé les seuils de référence de manière prolongée mais qui gardent encore des capacités de remboursement. Les pays surendettés sont ceux qui ont dépassé les seuils et qui éprouvent des difficultés de remboursement. « Le Sénégal qui est classé à risque modéré est bien loin d’être dans ces 2 cas », souligne la même source.
Adou FAYE
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour



Publicité















Inscription à la newsletter