Publicité

lejecos



Publicité

Loi de finances rectificative 2022 : Une hausse de 357,7 milliards de FCFA enregistrée

Vendredi 13 Mai 2022

Le projet de loi de finances rectificative pour l’année 2022 a été adopté le 11 mai 2022 par le gouvernement lors de la réunion du Conseil des ministres. Il est arrêté à la somme de 5556,7 milliards de FCfa. Comparé à la loi de finances initiale, il connait une hausse de 357,7 milliards de FCfa en valeur absolue et 6,9% en valeur relative.


Loi de finances rectificative 2022 : Une hausse de 357,7 milliards de FCFA enregistrée
Ce projet de Lfr prend principalement en charge  l’ensemble des engagements financiers souscrits par le Gouvernement dans le cadre d’une part, des accords conclus avec les partenaires sociaux en l’occurrence les syndicats d’enseignants, de santé, et, d’autre part, des Forces de défense et de sécurité et autres agents de l’administration afin d’introduire plus d’équité dans le système de rémunération.

Il prend également en charge  les besoins urgents en matière de défense et de sécurité, le  complément de subvention à l’énergie pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages. Il y a aussi  le renforcement du soutien aux prix des produits alimentaires et l’amplification des transferts monétaires aux populations les plus vulnérables. 

Les  motivations de la Lfr 2022 

Selon les services du ministre Abdoulaye Daouda Diallo, dès lors que les principaux fondements du budget 2022 sont ébranlés, le Gouvernement se doit, conformément aux dispositions de l’article 47 de la loi organique n°2020-07 du 26 février 2022 relative aux lois de finances, de présenter une loi de finances rectificative. Dans les motifs, le ministère des Finances et du Budget note la crise russo-ukrainienne. Il s’agit, explique-t-on, d’un choc inflationniste, particulièrement sur les produits énergétiques et alimentaires touche actuellement l’économie mondiale qui sort à peine de la Covid-19.

«Face à cette crise, le levier budgétaire est fortement sollicité pour atténuer son impact sur le panier de la ménagère et sur les produits pétroliers », lit-on dans le document. Il y a aussi le reconfinement en Chine. Une situation qui entraine la raréfaction des produits manufacturiers et du Btp jadis importés de la Chine a également impacté à la hausse le prix de plusieurs produits de consommations courantes des sénégalais.

Autre motif très important, c’est l’embargo sur le Mali. Partenaire stratégique du Sénégal et premier client du Sénégal dans la zone Uemoa, l’économie malienne est fortement interconnectée avec celle de notre pays. On note aussi la revalorisation salariale dans la fonction publique.
Adou FAYE 
 
Economie

Partenaires au développement | Bailleurs de fonds | Conseil des ministres | Economie




Publicité















Inscription à la newsletter