Publicité

lejecos


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr

Publicité

Le pétrole crève le plafond – Attention à l’effet choc exogène pour le Sénégal!

Jeudi 11 Janvier 2018

Le pétrole atteint son niveau le plus élevé depuis trois ans. Les informations issues des bulletins d’analyse confient que le baril est à 65 dollars pour le brut et 70 dollars pour le brent.


Ce qui montre que les projections sont sorties d’une fourchette de 40/60 dollars jugée comme étant la zone idéale de fluctuation du pétrole.
Cette hausse subite risque d’avoir des conséquences sur les économies de pays comme le Sénégal très exposés aux chocs exogènes.
Un état de fait qui a souvent des répercussions sur le cours des matières premières avec des ondes de chocs jusque sur les denrées de première nécessité, les facteurs d’électricité et entre autres intrants de production.
Revenant à cette hausse inhabituelle, les raisons ne semblent pas surprendre plus d’un. Des revues spécialisées confient que tout d'abord les manœuvres de l'Arabie Saoudite depuis deux ans ont fini par payer.
A leur croire, sur l’offre de pétrole, la production de l'OPEP reste contrôlée, et la Russie elle aussi respecte ses engagements de quotas. Ce qui induit une diminution considérable des stocks.
Et, poursuivent les observateurs, les perspectives économiques mondiales avec des prévisions de croissance révisées encore à la hausse pour 2018 et donc une anticipation de hausse de la demande dans toutes les principales zones économiques.
Rajoutez à cela les tensions dans la région et notamment l'affrontement entre l'Iran et l'Arabie Saoudite et vous avez en théorie une hausse du pétrole tout à fait logique et prévisible sauf que peu de prévisionnistes l'avaient prévue et qu'elle est en fait très surprenante.
En tout cas, en Afrique, les dernières baisses des cours du pétrole avaient été fortement ressenties par les pays producteurs comme l’Algérie, l’Angola et le Nigeria. Ces dernières avaient enregistré des régressions conséquentes dans leur recette budgétaire.
Mariama Diallo
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour











EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter