Prévisions de la balance des paiements : La Dpee prévoit un déficit du compte des transactions courantes de 1368,3 milliards en 2020

Mercredi 27 Novembre 2019

«En 2020, la situation des échanges avec le reste du monde se traduirait par un déficit du compte des transactions courantes de 1368,3 milliards en 2020 (9,1% du PIB) contre 1211,0 milliards en 2019 (8,7% du PIB).


Prévisions de la balance des paiements : La Dpee prévoit un déficit du compte des transactions courantes de 1368,3 milliards en 2020
L’excédent du compte de capital s’améliorerait de 20,6 milliards en s’établissant à 273,5 milliards en 2020. Le besoin de financement de 1094,8 milliards, traduisant la somme du solde du compte courant et de celui du compte capital, devrait être compensé partiellement par l’excédent du compte financier (+1002,8 milliards).

Au total, le solde global de la balance des paiements devrait ressortir en déficit de 92,0 milliards ». Cette information est contenue dans le  rapport sur la « Situation économique et financière en 2019 et perspectives en 2020 » de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee).

«Le déficit du compte courant est projeté à 1368,3 milliards en 2020 contre 1211,0 milliards en 2019, soit une dégradation de 157,3 milliards. Cette situation serait imputable, principalement, au creusement du déficit commercial de 117,8 milliards, à la détérioration de la balance des services de 37,3 milliards et à celle des revenus primaires de 103,8 milliards. Cette dégradation devrait être, cependant, atténuée, par la bonne orientation des revenus secondaires (+101,6 milliards).

Le déficit courant rapporté du PIB enregistrerait une dégradation de 0,4 point de pourcentage en s’établissant à 9,1% contre une estimation de 8,7% en 2019 », détaille cette source. Elle ajoute que le déficit de la
balance commerciale devrait s’établir à 2008,0 milliards en 2020, contre 1890,2 milliards en 2019, soit un creusement de 117,8 milliards en liaison avec une progression plus importante attendue au niveau des importations (+452,0 milliards) comparativement à l’accroissement des exportations de biens (+334,2 milliards).

L’augmentation des importations de biens reflèterait, notamment, la hausse des importations de biens d’équipement (+265,0 milliards), de biens intermédiaires (+147,3 milliards) et des produits alimentaires (+32,3 milliards). S’agissant des exportations, la progression attendue serait portée, principalement, par les produits pétroliers (+24,6 milliards), l’acide phosphorique (+30,1 milliards), les produits halieutiques (+23,7 milliards) et les produits horticoles (24,6 milliards).
Oumar Nourou
 
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 15 Décembre 2019 - 20:44 Redonner leur crédibilité aux banques centrales

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour



Publicité















Inscription à la newsletter