MASSOKHNA KANE, PRESIDENT DE SOS CONSOMMATEURS : « Interdire aux non professionnels de faire de l’assurance. »

Vendredi 9 Mars 2018

Les associations de consommateurs ont été invitées à la seconde édition des Etats généraux de l’assurance, organisée par la CIMA en partenariat avec la FANAF, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Me Massokhna Kane, président de SOS consommateurs du Sénégal prend part à ces assises. Il nous livre ici le point de vue des consommateurs sur certaines questions importantes dans la façon de travailler des sociétés d’assurances ?


MASSOKHNA KANE, PRESIDENT DE SOS CONSOMMATEURS :  « Interdire aux non professionnels de faire de l’assurance. »
Pourquoi faut-il  réformer les barèmes  d’assurances ?
Il faut que le barème soit plus équitable et il ne l’est pas en ce moment. Parce qu’on a l’impression que le code CIMA a été uniquement fait pour les compagnies d’assurances et au détriment des victimes. A l’origine, on avait barèmiser de façon temporaire. Cela devait durer deux ans, et c’était pour sauver des compagnies qui étaient en difficultés. Il y avait 28 mesures qui avaient été préconisées à l’époque par le trésor français, pour les pays africains. Parmi ces 28 mesures, il y en qu’une seule qui a été appliquée, c’est la barèmisation.   C’est à dire faire payer les victimes d’accident au lieu de mettre en application une mesure qui concernait aussi bien les sociétés d’assurances que  les assurés et l’Etat, on a voulu corriger, en appliquant des barèmes aux victimes. C’est-à-dire, si vous avez un accident de chemin de fer par exemple, on vous applique le droit commun. Le juge a la liberté d’apprécier et la responsabilité et votre préjudice et le montant de la réparation. Alors que quand il s’agit d’un accident automobile, par un véhicule assuré, on dit que c’est le code CIMA, c’est la barèmisation. On barèmise la responsabilité, on barèmise même l’expertise que le médecin doit faire. C’est-à-dire qu’on oblige le médecin à suivre un barème pour fixer un préjudice et on barèmise les indemnités. C’est inadmissible.
Un barème d’indemnisation doit être un barème indicatif, pour permettre à un juge par exemple de se dire voilà le minimum  et voilà le maximum que je ne peux pas dépasser. Et entre les deux, il module l’indemnité qui doit être allouée à la victime. Parce que d’une victime à une autre, il y a toujours une différence. Deux personnes qui ont le même accident ne subissent pas le préjudice de la même façon. Il y a donc là beaucoup de choses à faire. Nous espérons que les assureurs seront plus raisonnables. Nous espérons que les autorités étatiques et les autorités de la CIMA nous entendrons.
Comment appréciez-vous la décision prise par les autorités d’augmenter le capital des compagnies d’assurances ?
C’est une mesure qui tend à augmenter la solvabilité des compagnies d’assurances. Et c’est une bonne chose. Parce qu’on le sait en matière bancaire, les gens confient leur argent à la banque et l’Etat se porte garant de la solvabilité des banques qui doivent déposer des cautions. L’Etat aurait dû se porter garant de la solvabilité des compagnies d’assurances qui font appel à l’épargne publique. L’Etat ne le fait pas. Par contre, l’Etat met en place un contrôle et il exige que les compagnies d’assurances aient un capital suffisamment élevé pour garantir leur solvabilité. Nous pensons que c’est une bonne mesure.
Vous avez indexé les intermédiaires notamment les courtiers et les conditions dans lesquelles ils exercent leur travail. Que faut-il faire selon vous pour mettre les assurés à l’abri des éventuels dérives de ces acteurs ?
Il faut interdire aux non professionnels de faire de l’assurance. Parce que c’est là où il y a la délinquance. N’importe qui vend de l’assurance maintenant et délivre des attestations. Quand ils délivrent les attestations et encaissent les primes, ils ne la reversent pas à la compagnie moyennant déduction de leurs commissions. Ils gardent la prime  et quand arrive l’échéance du contrat, et qu’il n’y a pas d’accident, ils ne font pas la déclaration à la compagnie. Ils détournent la prime. Cela fait qu’il n’y a pas de sécurité. Si l’assureur ne reçoit pas l’argent, il ne fait pas de contrat. S’il ne fait pas de contrat, il n’y a  pas d’assurance. Il y a simplement une attestation et la compagnie peut prouver qu’il n’y a pas de contrat parce qu’on ne lui a pas reversé les primes. On ne lui a même pas envoyé une proposition d’assurance. Il faut donc légiférer, pour supprimer tous ces intermédiaires, qui ne sont pas des professionnels et qui constituent un danger aussi bien pour les compagnies que pour les assurés et renforcer le contrôle. 
Entretien réalisé à Abidjan
La rédaction
Interviews



1.Posté par BOSSOU le 11/03/2018 05:51

Grand féticheur SORCIER dit MAITRE BOSSOU Voyant féticheur BABA VODOUNON donneur de portefeuille Magique d'argent peut intervenir dans les
domaines suivants :Jeune étudiants diplômé homme d'affaire femme vous qui avez besoin d'argent pour réaliser des projet et réaliser vos rêve
plus de soucis pour avoir de l'argent contactez votre Marabout sorcier féticheur BABA VODOUN pour vos portefeuille Magique valise d'argent .
Portefeuille Magique pour vos affaire qui donne 20.000€ par semaine .
Portefeuille mystique magique qui donne 50.000 € $ par jour et mois pendant 1 ans
Portefeuille Magique qui vomis de l'or et de l'argent par jour 1.000000F €$ par jours 2 ans
VALISE MYSTIQUE MULTIPLICATEUR DE BILLET DE BANQUE QUI DONNE 2.000.000F € PAR JOURS PAR MOIS
VALISE MAGIQUE MYSTIQUE QUI DONNE 3000.000F € PAR MOIS PAR JOURS POUR HOMME D'AFFAIRE POLITIQUE
VALISE MAGIQUE DE BANQUE MULTIPLICATEUR DE BILLET DE BANQUE DES EUROS € DOLLARS PAR JOURS
STATUETTE QUI VOMIS DE L'OR ET DE L'ARGENT

CONTACT MAITRE BOSSOU
Tel ou whatsapp : +229 64 04 44 23
E-mail personnel : papa.vaudou01@outlook.fr
https://cultevaudun.wixsite.com/rituel-de-richesse

Nouveau commentaire :

Interviews | Contributions










EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter