Publicité

lejecos



Publicité

Consommation de céréales au Sénégal : Une étude de l’Ipar estime le niveau moyen annuel par tête à 119,3 Kg

Jeudi 5 Juillet 2018

Les Sénégalais consomment en moyenne 119,3 Kg de céréales de base (riz, mil, maïs et sorgho) par tête et par an. C’est ce que révèle une étude de l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar).


L’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) a restitué, une étude sur la consommation des céréales de base au Sénégal, réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet Feed the Future Senegal « Naatal Mbay ». L’étude visait à donner une estimation fiable de la consommation moyenne annuelle par habitant des céréales de base, en tenant compte des différents facteurs de variabilité spatiale et saisonnière.  Selon Dr Cheikh Oumar Ba, directeur exécutif de l’Ipar, l’étude  a permis d’établir une carte de la consommation des céréales de base en distinguant entre d’une part les zones urbaines et les zones rurales et d’autre part, les zones de production et les zones de consommation. Selon l’étude, les résultats de l’étude révèlent un niveau de consommation moyenne annuelle par tête en céréales de base (riz, mil, maïs, sorgho) égale à 119,3 kg avec une prédominance de la consommation en zones rurales (158,2 kg/tête/an) comparativement à celle des zones urbaines (107,4 kg/tête/an). Parmi les céréales de base étudiées, la consommation de riz prédomine avec une part de 59% en zones rurales contre 77% en milieux urbains. Le mil et le maïs occupent respectivement 28% et 11% en zones rurales contre respectivement 19% et 5% en milieux urbains. Le sorgho occupe des parts très faibles au niveau des zones urbaines (0,03%) et rurales  (2%).

«La préférence des ménages pour le riz se dégage clairement comme première option parmi les céréales de base, avec des parts de consommation nettement majoritaires en milieux urbains (77%) comme en zones rurales (59%). Cela se traduit par le choix du riz pour le déjeuner par la majorité des ménages et dans une mesure relativement importante pour le dîner dans certaines zones », lit-on dans le rapport. Cette prédominance de la consommation du riz se traduit par une consommation moyenne annuelle par tête au niveau national de 78,1 kg avec des moyennes de 76,6 kg en milieux urbains et 80,9 kg en zones rurales. En  outre, le riz local est consommé par la majorité des ménages en milieu urbain (55%) comme en zones rurales (62%). Il s’y ajoute que le riz brisé est utilisé par la majorité des ménages qui consomment du riz local comme du riz importé. Le mil occupe le second rang avec une consommation moyenne nationale de 30,2 kg/tête/an dont une moyenne de 53,3 kg/tête/an pour les résidents des zones rurales et 23,1 kg/tête/an pour ceux des zones urbaines. Ces résultats montrent que la consommation en mil des ménages des zones rurales représente plus du double de celle des ménages urbains. Le maïs est consommé avec une moyenne nationale de 9,2 kg/tête/an dont une moyenne de 19,5 kg/tête/an en zones rurales et seulement 6,0 kg/tête/an en milieux urbains. Le sorgho est la céréale la moins consommée avec une moyenne nationale de 0,7 kg/tête/an dont 2,8 kg/tête/an en zones rurales et 0,05 kg/tête/an en zones urbaines.

Dans les zones rurales, les consommations moyennes des différentes céréales subissent globalement des variations en hivernage. Pour le riz, l’augmentation de la consommation durant l’hivernage concerne globalement 50,5% des ménages résidents en zones rurales avec une hausse moyenne de 49% des quantités consommées. Pour le mil, 53% des ménages ruraux ont déclaré des hausses de leurs consommations avec une augmentation moyenne de 58% des quantités consommées. Pour le maïs, 48% des ménages enregistrent une augmentation correspondant à 68% des quantités consommées.
Mariama Diallo
 
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour




Publicité















Inscription à la newsletter