Publicité

lejecos


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr

Publicité

Agriculture: La FAO réunit les pays du Bassin du Fleuve Sénégal pour discuter des opportunités d’investissements agricoles pour les jeunes

Mercredi 5 Décembre 2018

Pour Ibrahima Faye, Associé au Programme à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture, il y a vraiment urgence. En effet, la population mondiale devrait passer à 9,8 milliards en 2050, avec 68% vivant en milieu urbain. En même temps, la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB), surtout dans les économies en développement, favorise à son tour une croissance sans précédent de la classe moyenne mondiale, qui devrait atteindre 5,5 milliards de personnes en 2030. Sur cette base, la FAO estime que la production alimentaire mondiale devra augmenter de 60 % d’ici 2050 pour satisfaire la demande supplémentaire générée par la croissance de la population et l'élévation des revenus.


Agriculture: La FAO réunit les pays du Bassin du Fleuve Sénégal pour discuter des opportunités d’investissements agricoles pour les jeunes
"Qui nourrira 10 milliards de personnes demain, dont beaucoup seront en droit d’exiger des régimes alimentaires plus variés et des aliments de meilleure qualité ? La FAO est convaincue que combler le fossé générationnel par l’engagement des jeunes dans un secteur agricole vieillissant est la clé pour relever le défi de nourrir une population croissante dans une économie de plus en plus mondialisée et de répondre aux déplacements des demandes du marché. Actuellement, en Afrique, l’âge moyen des agriculteurs est d’environ 60 ans, bien que 60 % de la population africaine n’ait pas encore atteint ses 24 ans", s'interroge-t-il.  
De même, estime Ibrahima Faye  le rajeunissement du secteur agricole doit donc devenir une priorité partagée des gouvernements, des institutions financières, des organisations de développement et des bailleurs de fonds. Même au-delà des questions relatives à la sécurité alimentaire, combler le fossé générationnel dans le secteur agricole fournira de nombreux avantages. En particulier, il est essentiel d’attirer et de retenir les jeunes dans l’agriculture pour réduire le chômage et la migration de détresse. Étant donné que le secteur urbain n’a que des capacités limitées pour absorber une main d’œuvre jeune de plus en plus nombreuse dans de nombreux pays africains, l’agriculture demeure un moyen pertinent de création d’emplois pour la plupart des jeunes.
En exploitant leur potentiel d’innovation, poursuit-il, en utilisant de nouvelles technologies et des techniques et en profitant de nouvelles opportunités dans des filières émergentes, de jeunes agri-entrepreneurs pourraient créer des entreprises florissantes et aborder le défi d'alimenter une population croissante.
 
Toutefois, relativise Ibrahima Date, il y’a lieu de reconnaitre que les jeunes ne sont pas souvent en mesure de réaliser les investissements requis pour s’assurer du succès du lancement ou de l’expansion de leurs activités agricoles ou agroalimentaires. Inversement, nombreux sont ceux que ne peuvent pas non plus bénéficier des opportunités offertes par des investissements à grande échelles dans les filières agricoles.
Selon toujours lui, cet atelier qui vise à contribuer à la constitution d’une terre plus nourricière et attirante pour notre jeunesse s’inscrit dans le soutien de l’application des Principes pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires.
"Cet atelier bénéficie de la présence des organisations et des entités clés pour le renforcement de l’autonomie des jeunes dans l’agriculture : des organisations de la jeunesse, du gouvernement, du secteur privé, des organisations non gouvernementales et des institutions financières", dit-il.
Ainsi, cet atelier représente une opportunité pour tous les acteurs présents d’échanger des idées, d’une manière franche et respectueuse, sur les défis restant à surmonter afin de permettre aux jeunes de devenir, selon leurs désirs, des agro-entrepreneurs, des travailleurs, des paysans ou des décideurs dans le secteur agricole.
 
Pathe TOURE
La rédaction
Agriculture & Elevage

Assurance | Environnement | Energie | Santé | BRVM | NTIC | Transport | Tourisme & Pêche | Agriculture & Elevage | Commerce | Education











EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter