Publicité

lejecos


UMOA : Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)  tiendra, le mercredi 5 décembre 2018, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2018 dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar  Prix Abdoulaye FADIGA:Un prix d’encouragement a été remis à Mes. Aboudou Ouattara, Kouamé Désiré Kanga et Ruben Barnabas Djogbenou, co-auteurs de l'article «Hétérogénéité des économies de la CEDEAO : Quel défi pour une politique monétaire commune ? » Vigninou GAMMADIGBE, lauréat du Prix Abdoulaye FADIGA pour la Promotion de la recherche économique 2018 auteur de l’article : « Survie des banques de l'UEMOA : les nouvelles exigences de fonds propres sont-elles pertinentes ?  » L'Agence UMOA-Titres porte à votre connaissance que, pour des contraintes de calendrier, la Conférence du Marché Régional des Titres Publics (CMRTP), prévue du 11 au 13 décembre 2018, est reportée à une date ultérieure. Retour sur Investissement : L’entreprise SUCRIVOIRE mettra en paiement son dividende annuel de 72 FCFA net par action au titre de l’exercice 2017 le 28 septembre 2018. Le thème de la 13eme Conférence économique africaine 2018  porte sur : « Intégration régionale et continentale au service du développement de l'Afrique » La 13eme Conférence économique africaine 2018 se tiendra du 03 Décembre au 05 Décembre 2018 à Kigali, au Rwanda Côte d’Ivoire : L'Agence UMOA-Titres porte à la connaissance des investisseurs de l’Union qu'en raison de la célébration de la fête de Tabaski, l’émission de Bons Assimilables du Trésor, initialement prévue le Mardi 21 août 2018 est reportée au Mercr

Publicité

La course mondiale aux talents

Lundi 26 Novembre 2018

Plus de 3 % de la population mondiale vit en dehors de son pays natal. Mais bien que la part de migrants dans la population mondiale soit restée stable durant la plus grande partie des six dernières décennies, sa composition a changé. La part de migrants hautement qualifiés par rapport aux migrants peu qualifiés a augmenté de façon spectaculaire, en raison de la mondialisation de la demande de talents. Et ce développement a une dimension géographique précise. Près de 75 % de tous les migrants hautement qualifiés habitent aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie ; plus de 70 % des ingénieurs en informatique de la Silicon Valley sont nés à l'étranger. Mais les leaders d'aujourd'hui pourrait bien être les retardataires de demain.


De nombreux facteurs sont à l'origine du changement dans la composition des flux migratoires, notamment la Quatrième Révolution industrielle, la baisse des coûts des transports et des communications (les migrants hautement qualifiés ont tendance à voyager plus loin vers leur pays de destination comparativement aux migrants moins qualifiés) et les faibles possibilités d'éducation dans les pays d'origine. La cause principale, cependant, est la reconnaissance croissante du fait que le capital humain joue un rôle clé dans l'économie du savoir à l'heure actuelle.

Dans le monde entier une « guerre des talents » est en cours et les entreprises qui gèrent leurs talents à l'échelle mondiale sont bien en tête sur ce front. La plupart des sociétés multinationales insistent maintenant sur le fait que les cadres à fort potentiel bénéficient d'une expérience mondiale lorsqu'ils travaillent dans d'autres pays - et elles ont fait de la mobilité internationale un préalable aux postes de hauts dirigeants. Certains des plus fameux acteurs de l'économie mondiale – en particulier Google, Microsoft, Alcoa, Clorox, Coca-Cola, McDonald's, Pepsi et Pfizer - ont des PDG immigrants.

Mais les données démographiques jouent également un rôle clé dans les tendances migratoires mondiales. Alors que la plupart des pays développés vieillissent, de nombreux pays en développement comptent une proportion croissante de jeunes. En Inde, on compte quatre personnes de 20 ans contre une de 65 ans ; en Europe de l'Ouest, ce ratio est d'un contre un. En même temps, la rémunération moyenne dans les pays à revenus élevés est 70 fois supérieure  à celle des pays à faibles revenus. Combinés, ces écarts démographiques et salariaux sont devenus une impulsion forte pour la migration.
Si la course mondiale aux talents a initialement conduit les pays développés à créer des visas spéciaux pour attirer des professionnels qualifiés, le sentiment politique envers les migrants dans ces pays est depuis quelques temps tombé en disgrâce. Les migrations sont perçues comme une menace envers les travailleurs autochtones dans les pays hôtes, même si les preuves empiriques démontrent  que leurs effets de déplacement de main-d'œuvre sont très faibles. Dans la Silicon Valley, par exemple, l'immigration n'a pas conduit à une baisse des salaires ni à un retour sur les compétences.
L'effet défavorable des migrants sur les finances publiques du pays d'accueil est également très limité. Les migrants peuvent imposer au départ un coût net à leur société d'accueil, mais il est réduit et de plus courte durée que le coût de scolarisation d'un nouveau-né autochtone. Plus important encore, les immigrants très instruits ont effectivement contribué positivement aux finances publiques dans les pays développés, parce que ces travailleurs paient davantage d'impôts qu'ils n'utilisent les biens et services publics.

La mobilité mondiale des talents est également bénéfique pour les pays d'origine, car elle aide à les intégrer aux marchés mondiaux. Cela compense certaines des lacunes auxquelles sont confrontées les entreprises des pays en développement suite à une baisse des investissements publics, à l'inadéquation des formations et des équipements et au manque de ressources financières pour l'achat de licences de technologie ou de propriété intellectuelle. Certes, l'émigration n'est pas une méthode optimale à long terme pour améliorer la productivité dans une économie du savoir. Mais elle accélère la diffusion de la technologie à court terme.

Une autre force puissante pour l'intégration économique mondiale et les échanges est Internet, que certaines personnes sont venues à considérer comme un substitut à la mobilité mondiale. Mais si Internet autorise la fourniture à distance de certaines formes de travail, il n'a pas déplacé les réseaux de diasporas. Bien que les technologies de l'information et des communications réduisent l'importance des réseaux traditionnels des diasporas, les innovations de TIC ont également été complétées par ces réseaux. Par exemple, l'échange de connaissances et de technologies par l'intermédiaire des liens de l'Inde avec sa diaspora a permis à ce pays de franchir plusieurs stades de développement.

Tout compte fait, le monde a énormément bénéficié de l'accroissement du commerce mondial et de la mobilité des capitaux. Il est temps à présent de récolter les bénéfices de la mobilité des talents. Contrairement au commerce et aux finances/capitaux, la migration reste très limitée, même si la croissance économique dépend en grande partie de la disponibilité des opportunités d'emploi et des rendements plus élevés sur la main-d'œuvre, qui requièrent à leur tour la mobilité, aussi bien à l'échelle nationale que mondiale.

Les décideurs ont de nombreux outils pour améliorer la mobilité des talents. La nature complexe de la question appelle à davantage de partenariats entre les secteurs public et privé. Les entreprises et les universités sont les participants de première ligne dans la course mondiale aux talents, mais les organisations de gouvernance mondiale, les banques multilatérales de développement et les groupes de la société civile ont également un rôle clé à jouer. Et il en va de même pour la technologie, qui rend possible désormais la mobilité virtuelle des talents par vidéo-conférence, les plates-formes numériques, les bourses du travail en ligne et d'autres applications.

La course mondiale aux talents va continuer de s'accélérer avec la concurrence des pays et des entreprises pour les meilleurs et les plus brillants. Les pays à revenus intermédiaires hors OCDE - en particulier la Chine et l'Inde - deviennent une destination de plus en plus importante pour la main-d'œuvre hautement qualifiée. Étant donné la croissance de ces pays, l'influence économique mondiale des économies avancées va continuer à diminuer. La course est lancée.
Ejaz Ghani, économiste en chef de la Banque mondiale.
© Project Syndicate 1995–2018
La rédaction
chroniques



1.Posté par Christiana le 27/11/2018 16:11
Je me nomme Christiana, j'habite RIGGARGATAN 16 D, GALVE ,80286, SWE. j'ai pas l'habitude d'ecrire mon veçu sur les forums mais cette fois-ci c'est la goute d'eau qui a débordé la vase.

En effet mon homme avec qui j'ai fais 7 années de relation conjugal ou nous avons eu 2 enfants me laissa pour une autre et mieux il se sont installé ensemble, 2 mois sans nouvelles c'est ainsi j'ai parlé de ma situation a ma collègue de service qui me donna le contact du Maitre marabout FADE dès que je l'ai contacter et expliqué ma situation il promis de dormir a tête reposé en 3 jours mon homme est revenu à la maison et très amoureux de moi ...(pour tous vos petit problème de rupture amoureuses ou de divorce ,maladie ,la chance , gagner au jeux de loto , les problèmes liés a votre personnes d'une manière, les maux de ventre, problème d'enfants, problème de blocage, attirance clientèle, problème du travail ou d'une autres) voici le contact du maitre marabout FADE vous pouvez l'appelez directement ou l'ecris sur son wathsaap ou mail , il est joignable
Tel/whatsapp: +229 99 02 87 52
tel: +229 99 02 87 52
Email:maitrefade@hotmail.com
https://www.voyant-medium-travaux-occultes.com/.


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Décembre 2018 - 00:07 Ne laissons pas les algorithmes décider pour nous !

Lundi 10 Décembre 2018 - 00:02 Au-delà du PIB

chroniques | Editos | Analyses











EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter