Publicité

lejecos



Publicité

Harmonisation de la législation semencière régionale : Des organisations paysannes dénoncent le forcing de l’agribusiness

Mercredi 11 Juillet 2018

Le Comité ouest africain des semences paysannes (Coasp) et la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (Copagen), leurs membres et alliés s’indignent dans un communiqué, du forcing de nos institutions régionales pour harmoniser la législation
semencière régionale au profit de l’industrie semencière en particulier et agrochimique de façon générale.


Elles s’indignent de voir le Comité régional des semences et des plants d’Afrique de l’Ouest (Cedeao-Cilss-Uemoa) se réunir à Dakar, du 9 au 11 juillet 2018, avec des acteurs semenciers de dix-sept pays sans les organisations paysannes  et la société civile souveraine, pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre du règlement semencier régional harmonisé. «Ce manque de transparence et d’exclusivité nous laisse fortement croire que c’est un complot qui est en train d’être monté contre les paysans et la souveraineté alimentaire », dénoncent ces deux organisations. Elles estiment que la biodiversité cultivée
est la matière première de l’industrie semencière. «L’entretien de cette biodiversité cultivée est principalement l’œuvre des paysan-ne-s et de l’agriculture paysanne. Cependant, en interdisant les semences paysannes, leurs lois les menacent de disparition. C’est pourquoi les
États, dans leur rôle régalien et de protection sociale, doivent organiser la collecte de ces semences avant qu’elles ne disparaissent et en faire un patrimoine commun national », expliquent ces deux structures. Elles affirment que l'agriculture industrielle développe
la monoculture d'une seule variété de semences avec l'utilisation intensive d'engrais artificiels, d’herbicides et de pesticides toxiques ; veut nous imposer à remplacer nos semences reproductibles, idéales pour la souveraineté alimentaire par des semences hybrides.
Génétiquement Modifiées (GM), trop chères, incertaines et qui menacent la santé de la biodiversité de façon générale. Le Coasp et la Cpagen ajoutent également que celle-ci veut remplacer l’agriculture familiale par l’agrobusiness pour des spéculations commerciales destinées aux marchés internationaux au détriment des marchés locaux.
Adou Faye
La rédaction
Actu-Economie


Nouveau commentaire :

Actu-Economie | Entreprise & Secteurs | Dossiers | Grand-angle | Organisations sous-régionales | IDEE | L'expression du jour










EN DIRECT : toute l'actu FRANCE 24 en Français par france24





Inscription à la newsletter